Vous recherchez une actualité
Actualités

ABSENTÉISME SCOLAIRE: Le syndrome de fatique chronique plus fréquent qu'on ne croit

Actualité publiée il y a 7 années 10 mois 2 semaines
British Medical Journal

Le syndrome de fatigue chronique (SFC) ou encéphalomyélite myalgique pourrait affecter un élève sur 100 selon cette étude menée sur les élèves pré-ados et adolescents de 3 écoles britanniques et publiée dans l’édition en ligne du British Medical Journal du 14 décembre. Un ratio 10 fois plus élevé qu'on ne le l’imaginait qui suggère une déficience dans le diagnostic de SFC et, surtout, la nécessité, en Santé scolaire, de comprendre les raisons des absences scolaires prolongées et non justifiées.

L'étude menée par des chercheurs de l'Université de Bristol a porté sur 2.855 jeunes, âgés de 11 à 16 ans de trois écoles secondaires britanniques et a été mise en œuvre, au départ, à l'occasion de la mise en place d'un service clinique pilote pour tenter d'améliorer la fréquentation scolaire. En évaluant les élèves qui avaient manqué plus d'un cinquième des jours d'école, les chercheurs concluent que 23 élèves, soit environ 1% des élèves, étaient atteints de SCF. Seulement 5 de ces enfants avaient été correctement diagnostiqués. Les chercheurs rappellent que selon de précédentes études, 0,06% des enfants âgés entre 5 et 19 ans seraient atteints de SFC, ces nouveaux résultats suggèrent donc une sous-estimation générale de la prévalence du SFC chez l'Enfant.


Les symptômes du SFC restent mal connus. Il y a la fatigue certes, mais d'autres symptômes sont possibles comme les troubles de l'humeur, la dépression ou les problèmes de sommeil. Selon une autre étude citée par les auteurs, seuls 50% des médecins généralistes se sentiraient « à l'aise » pour poser un diagnostic de SFC. Mais, pour cette étude, le diagnostic de SFC a été mené sur la base des critères diagnostiques du NICE (National Institute for Clinical excellence) avec évaluation du niveau de fatigue, de la qualité de vie et de la santé physique, de la douleur, anxiété et dépression, évaluation complète en pédiatrie dont examen des antécédents médicaux et tests sanguins pour exclure les autres causes possibles de fatigue.

Les enfants diagnostiqués avec SCF ont reçu des soins médicaux spécialisés, certains d'entre eux une thérapie comportementale cognitive et les chercheurs ont ensuite examiné l'assiduité scolaire de ces enfants, six mois après le diagnostic de SFC. Une assiduité améliorée, à 6 mois, chez 16 des enfants suivis.

Enfin, cette étude souligne l'importance de comprendre les raisons des absences scolaires prolongées et non justifiées.

Autres actualités sur le même thème