Vous recherchez une actualité
Actualités

ACCOUCHER à la maison? En toute sécurité, dit cette grande étude britannique

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 3 semaines
Cochrane collection

Si les femmes accouchant de leur premier bébé à la maison ont presque trois fois plus de risque de souffrir de complications que si elles étaient allées à l'hôpital, le risque global de complications, en accouchant à domicile reste extrêmement faible. C’est la conclusion de cette très importante étude publiée dans la Cochrane collection, qui a bien examiné les risques et les complications de l'accouchement à domicile, en les comparant à ceux des accouchements à l’hôpital. Elle recommande que les femmes en bonne santé et quel que soit leur nombre de grossesses puissent avoir le choix du lieu de leur accouchement, à domicile avec une sage-femme, ou à l'hôpital.

Au global, cette étude confirme tout de même l'innocuité globale de l'ensemble des pratiques d'accouchement, dont l'accouchement à domicile avec la constatation de complications graves, dans ce cas, sur 4,3 naissances sur 1.000 seulement. C'est un résultat intéressant pour les couples qui souhaitent discuter du mode d'accouchement, avec la sage-femme ou le gynécologue.


Cette vaste étude anglaise a été menée auprès de 64.538 femmes, recrutées entre le 1er avril 2008 et 30 avril 2010, utilisant les services de maternité en Angleterre, vivant une grossesse à faible risque c'est-à-dire durant laquelle ni la mère, ni le bébé ne sont affectés par des conditions ou des circonstances médicales ou autres, qui peuvent compliquer la naissance. Les chercheurs ont étudié les taux de mortalité à la naissance ou tout juste après la naissance, de lésions qui peuvent survenir pendant l'accouchement (os cassés, lésions nerveuses traumatiques, lésions cérébrales et «syndrome d'aspiration méconiale»). Ces résultats ont été utilisés pour calculer un score composite exprimant la qualité des soins pendant l'accouchement.

Quelle sécurité pour l'accouchement à domicile?

· Le taux global de résultats négatifs (score composite de résultats de décès ou de complications graves) reste faible : 4,3 pour 1000 naissances (IC : 95% de 3,3 à 5,5) et il n'y avait aucune différence entre les résultats à domicile vs en unités d'obstétrique, ce qui exprime, que dans l'ensemble, les accouchements à domicile sont aussi sûrs qu'en milieu médical.

· Mais, concernant les femmes qui vivent leur première grossesse, les chercheurs constatent un risque plus élevé de complications menant à lésions chez l'enfant, pour les accouchements à domicile vs hôpital. Ce risque est presque doublé (OR : 1,75, IC 95% de 1,07 à 2,86).

· Si on limite l'analyse aux femmes sans complication aucune au début du travail, ce risque est presque trois fois plus élevé toujours pour les primipares, avec accouchements à domicile vs hôpital (OR : 2,80, IC : 95% de 1,59 à 4,92).

· Si le risque associé à l'accouchement à domicile semble beaucoup plus élevés chez les femmes vivant leur première grossesse, les risques absolus restent relativement faibles. Pour mettre cela en contexte, ces risques se sont « réalisés » pour 39 des 4.488 femmes ayant accouché de leur premier enfant à la maison, pour 36 des 4.063 femmes ayant accouché de leur premier enfant à la maison sans avoir aucune complication au début du travail.

· Pour les femmes à leur seconde grossesse ou plus, les taux d'événements à l'accouchement à domicile ou à l'hôpital sont identiques.

Tout comme les Britanniques soutiennent aujourd'hui le principe du choix du mode d'accouchement (voies naturelles ou césariennes), ces auteurs recommandent également d'offrir le choix aux femmes en bonne santé et dont la grossesse est sans complication, de l'endroit où elles donneront naissance. Et cette recommandation vaut pour les primipares comme pour les autres femmes, compte-tenu du faible risque global constaté. Une recommandation qui va, par ailleurs, dans le sens d'économies de santé.

Rappelons qu'en France, il est légal d'accoucher à domicile, avec le suivi d'une sage-femme libérale mais les professionnelles de la naissance qui pratiquent les accouchements à domicile sont rares.

Sources: The Cochrane Library Published Online Sept 2010 DOI: 10.1002/14651858.CD000012.pub3 Home-like versus conventional institutional settings for birth et Home versus hospital birth
Lire aussi: CÉSARIENNE: Au Royaume-Uni, c'est à la demande!
Accéder au dossier La compétence de la Sage-femme, du médical au psychologique (1/4)- Pour y accéder, vous devez être inscrit(e) et vous identifier

Autres actualités sur le même thème