Actualités

ADOLESCENCE: Tendance différence, apparence et prise de risque

Actualité publiée il y a 11 années 1 mois 3 semaines
7è Forum Adolescences

36% des adolescents interrogés dans le cadre de cette enquête menée par le 7è Forum Adolescences, organisé maintenant depuis 6 ans grâce à Ministère de l’éducation Nationale, l’Inserm et la Fondation Pfizer pour la santé de l’enfant et de l’adolescent, se sentent “différents”. La différence, une notion pas forcément négative chez les jeunes puisque pour la grande majorité d’entre eux, elle évoque la richesse mais néanmoins symbolise, aussi, la non reconnaissance, l’incompréhension et le mal-être.

36% vs 30% en 2010, de ce sentiment déclaré de différence, on retiendra l'évolution, +6% en un an qui marque aussi une montée des obstacles pour les jeunes. Une enquête réalisée auprès d'un échantillon national représentatif de 808 adolescents âgés de 15 à 18 ans et 808 adultes de 25 ans et plus interrogés par internet du 7 au 17 janvier 2011.


La différence, une notion ambivalente pour les jeunes, puisque,

· 90% des «ados» interrogés estiment que la richesse vient de la différence,

· 65% se sentent même fiers de leurs différences,

· 67% cherchent volontairement à se démarquer,

· 80 % des « ados interrogés » déclarent être attentifs à leur apparence, mais 62% ne souhaitent pas se faire remarquer par ce qu'ils portent,

· 57%, parmi les adolescents qui se sentent différents, déclarent avoir des complexes par rapport à une partie de leur corps.

Les adultes aussi “voient” les ados “différents”: C'est le cas de 90% des adultes interrogés qui pensent que les adolescents se sentent souvent incompris

Différence rime aussi avec exclusion, mal-être, voire souffrance: L'étude montre en effet que dans leur vie quotidienne, «les ados se sentant différents» sont aussi les plus fragiles avec:

· 44% ont déjà été exclus par les autres en raison de leur différence (vs. 13% des adolescents s qui ne se sentent pas différents)

· des complexes physiques importants : 57% ont des complexes par rapport à une partie de leur corps (vs. 39%)

· une souffrance personnelle et un sentiment de mal-être : 68% se sont ainsi déjà sentis sous pression (vs. 48%) et 57% se sont déjà demandés s'ils étaient normaux.

· 51% souffrent de leur différence (vs. 19%)

· 49% d'entre eux se sont déjà sentis mal dans leur peau (vs. 24%).

Quand différence signifie comportements à risque: Pour moins souffrir, ces adolescents et plus encore ceux qui se sentent différents sont alors en quête de conformité pour s'intégrer au groupe ou d'autres ont recours à des comportements risqués ou provocateurs pour essayer de transformer leur mal-être en sentiment de « fierté » et mieux s'intégrer. D'où des comportements à risque, par la consommation d'alcool (43%), de drogue (14% vs 9% chez les ados qui ne se sentent pas différents et vs. 11% en moyenne), la prise de défis risqués (27% vs 14% chez les ados qui ne se sentent pas différents et vs 19% en moyenne).

Quand différence porte sur l'apparence physique: C'est le look qui préoccupe une majorité écrasante d'ados (86%), un look qui renvoie à l'image du corps, à des complexes physiques (les filles 58%, les garçons 34%), au surpoids (26% vs 14%) o du moins au souhait de perdre du poids (44 % vs 33%).

Le sentiment de bien-être diminue: Les « ados » qui se sentent souvent sous pression étaient 52% en 2009, 50% en 2010 et 56% en 2011. En synthèse, 1/3 des adolescents déclarent, en 2011, se sentir mal dans leur peau.

Des connaissances nouvelles et utiles, en particulier en ce qui concerne les prises de risque et le surpoids, “utiles pour l'ensemble des décideurs du monde éducatif et médical, tout en contribuant à proposer des actions concrètes permettant à nos adolescents de mieux vivre dans notre société “conclut le Pr Philippe Jeammet, Président de la Fondation Pfizer pour la santé de l'enfant et de l'adolescent.

www.curiosphere.tv

Autres actualités sur Santé et Adolescence, Espace Santé de l'Enfant