Vous recherchez une actualité
Actualités

ALGUES VERTES: Ramassage dans les 48 H pour limiter les risques

Actualité publiée il y a 9 années 11 mois 2 semaines
Anses

C’est chaque été un peu plus, depuis 30 ans. Alors, ramassage et traitement des algues vertes doivent être effectués en urgence pour prévenir les risques liés aux dégagements de gaz lors de leur putréfaction, notamment de sulfure d'hydrogène, à l'origine de nuisances olfactives et de troubles sanitaires pour les riverains. C’est la conclusion de ce nouveau rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) dans la continuité du plan national de lutte contre les algues vertes.

Des segments du littoral français sont touchés par des échouages massifs d'algues vertes. Ce phénomène a pris de l'ampleur particulièrement sur les plages du Cotentin, des Charentes et de Bretagne, la région la plus touchée. Le plan de lutte contre les algues vertes de février 2010 devait endiguer le phénomène. Aujourd'hui, c'est l'Anses qui publie les premières recommandations pour les professionnels impliqués tout au long de la filière d'élimination de ces algues et du public, sur 3 axes principaux:


Les mesures préventives nécessaires pour bloquer leur prolifération: L'Anses souligne que le ramassage, le transport et la prise en charge des algues dans les centres de traitement doivent se faire le plus rapidement possible afin d'éviter que les algues ne se putréfient et ne dégagent, ainsi, des gaz toxiques. Les travaux menés conduisent ainsi à recommander un ramassage de préférence mécanique, avec balisage des chantiers de ramassage, et une prise en charge des algues dans un délai ne dépassant pas les 48 heures après échouage. Les algues doivent être ramassées « fraîches », c'est-à-dire dans les 24 heures, voire dans les 36 heures, succédant l'échouage et ensuite traitées dans les 48 heures. Au-delà de ces délais, les émissions risquent d'être telles que les ramasser, les transporter et les traiter demandent des moyens de protection à mettre en œuvre très contraignants. Les riverains devront également éviter les zones plus accidentées pour lesquelles le ramassage est impossible.

Port d'un détecteur individuel portatif de sulfure d'hydrogène: Quel que soit l'état de décomposition des tas d'algues, les travailleurs doivent s'équiper d'un détecteur de sulfure d'hydrogène (H2S) et baliser les chantiers de ramassage et de stockage afin de tenir les promeneurs à l'écart. Ce dispositif est désormais recommandé à tous les professionnels impliqués dans le processus de ramassage-transport-traitement des algues vertes, quel que soit leur statut, y compris les personnels saisonniers. Une information et une formation adaptées leur sera également délibrée, leurs expositions devraient être consignées dans leur dossier médical.