Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION et SANTÉ : Apprendre des Amérindiens

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 4 jours
The American Journal of Clinical Nutrition
Près des deux tiers des apports caloriques des Chimane proviennent de glucides complexes, en particulier de bananes plantains et de riz.

Ces 2 anthropologues de l’Université de Californie - Santa Barbara nous offrent ici un aperçu original de l'impact de l'alimentation sur la santé et le bien-être. En nous révélant tous les bénéfices du mode de vie d’une des ethnies amérindiennes de l'Amazonie, les Chimane, ils pointent tous les dangers de nos modes de vie, dont le régime alimentaire « à l’occidentale ». Ils notent également : « les Chimane effectuent en moyenne 17.000 pas par jour vs 5.100 pour les Américains ».

 

Du point de vue de la santé cardiaque, les Chimane constituent en effet un groupe modèle : non seulement aucune maladie cardiaque, une hypertension minimale, des taux de cholestérol sains mais aussi une très faible prévalence de l'obésité et du diabète de type 2. Plus surprenant, ces facteurs se maintiennent avec l'âge. Ces scientifiques californiens se sont donc penchés sur le rôle de l'alimentation dans la santé cardiovasculaire des Chimane, sur l'évolution de ce groupe de population, de plus en plus exposée à la mondialisation et aux produits associés à notre mode de vie plus occidental.

 

Thomas Kraft et Michael Gurven de l'Université de Santa Barbara, anthropologues, soutenu par les US National Institutes of Health (NIH), ont ainsi mené la première étude systématique sur le régime alimentaire des Chimane. Ils ont comparé ces habitudes alimentaires à celles à celle des Moseten, un groupe de population voisin parlant une langue et présentant une ascendance similaires, mais dont les habitudes alimentaires et le mode de vie sont davantage influencés par le monde extérieur. Les habitudes alimentaires des Chimane ont également été comparées au régime alimentaire occidental ou, précisément, à ce que les Américains « modernes » consomment ainsi qu’aux régimes alimentaires réputés associés à bonne santé cardiaque (DASH, entre autres).

 

Chimane vs Moseten vs régime occidental : une première comparaison entre deux groupes proches mais plus ou moins exposés au mode de vie « moderne » obtenue par enquête auprès de 1.299 Chimane et 229 Moseten révèle que :

  • le régime alimentaire Chimane riche en calories (2.433 à 2.738 kcal / jour) est caractérisé par un apport élevé en glucides et en protéines et par un apport alimentaire réduit en matières grasses (64%, 21% et 15% respectivement) ;
  • les Chimane ne consomment pas une grande variété d’aliments par rapport au régime américain ou au régime Moseten moyen ;
  • près des deux tiers des apports caloriques des Chimane proviennent de glucides complexes, en particulier de bananes plantains et de riz. 16% proviennent de plus de 40 espèces de poissons et 6% de gibier sauvage. Seulement 8% du régime provient des marchés.
  • En dépit de cette faible diversité alimentaire, aucune ou très peu de carences en micronutriments sont relevées dans l'apport quotidien des Chimane : le calcium et quelques vitamines (D, E et K) sont plutôt de faible niveau mais les apports en potassium, magnésium et sélénium – des nutriments liés à la santé cardiovasculaire - dépassent de loin les apports des mêmes nutriments par un régime occidental.
  • Enfin, leur consommation de fibres alimentaires atteint presque le double de celle d’un régime occidental type ou du régime Moseten.

 

 

Quelle évolution prévisible ? Au cours des 5 années de suivi de l’étude, les chercheurs constatent une augmentation significative de l'apport total en énergie et en glucides chez les Chimane, en particulier dans les villages situés à proximité des marchés. Leur consommation en additifs alimentaires (saindoux, huile, sucre et sel) augmente de manière significative. Les Moseten quant à eux, consomment beaucoup plus de sucre et d'huile de cuisine que les Chimane. Les preuves de la transition nutritionnelle en Bolivie correspondent aux tendances à la hausse de l'indice de masse grasse et de la masse corporelle chez les Chimane, ce qui suggère que la faible prévalence des maladies cardiovasculaires pourrait ne pas persister. Il sera essentiel, soulignent les chercheurs, d'éviter des pièges liés à la modification des régimes alimentaires et du mode de vie pour ces groupes de populations autochtones d'Amérique du Sud, d'Afrique et d'Asie du Sud-Est.

 

En conclusion, un régime riche en glucides complexes (donc riche en énergie) peut être associé à un risque de maladie cardiovasculaire faible, s’il est associé à un mode de vie physiquement actif. S'éloigner d'un régime riche en fibres et pauvre en matières grasses, en sel et en sucre transformé représente un risque grave pour la santé des populations en transition. Leur régime alimentaire actuel a vertu d’exemple pour nous, occidentaux, mais pas seulement : les Chimane utilisent leur corps pour se procurer de la nourriture dans leurs champs et dans la forêt. « On ne doit donc pas manger indépendamment de ce que l’on fait avec son corps. Être plus actif physiquement permet un peu plus de flexibilité dans le régime alimentaire ».

 

Dans l'ensemble, ces résultats confirment qu'aucun protocole de régime alimentaire à lui-seul ne constitue la clé de la santé. La question est bien plus complexe. Il existe une grande diversité des régimes compatibles avec une bonne santé cardiovasculaire, tout dépend ensuite des autres facteurs de mode de vie.


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages