Vous recherchez une actualité
Actualités

ANTIBIORÉSISTANCE : Comment en 15 ans les antibiotiques ont submergé le monde

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 3 semaines
PNAS
•	Le principal moteur de l'augmentation de la consommation mondiale est l'augmentation (77%) de la consommation dans les pays à revenus faibles et intermédiaires.

Cet état des lieux sur l’usage global des antibiotiques dans le monde explique et suscite l’inquiétude sur l’émergence croissante des antibiorésistances : en 15 années seulement, et partout dans le monde, l'usage des antibiotiques a suivi une augmentation de 65% avec des tendances à la hausse entre 2010 et 2015 dans la plupart des 76 pays étudiés. Des données précieuses et complètes publiées dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine qui alertent sur la nécessité, apparemment non encore intégrée, d’un usage raisonnable et raisonné.

 

Les antibiotiques utilisés pour traiter les infections bactériennes voient ainsi leur usage augmenter jusqu’à leur surutilisation qui conduit immanquablement au développement de résistances bactériennes et de « superbactéries ». Et si cette résistance dépasse la vitesse de développement de nouveaux antibiotiques, efficaces contre ces « nouvelles » bactéries, nous pourrions atteindre un stade auquel certaines infections ne pourraient plus être traitées et où les interventions chirurgicales courantes deviendraient dangereuses.

 

Les équipes internationales américaines, suisses, suédoises et belges, notamment de l'université Johns Hopkins et de l'université d'Anvers ont analysé les données de consommation globale d’antibiotiques à partir de données de ventes, pour chaque type d’antibiotique, dans plus de 90 pays. Ces données ont finalement été obtenues pour 76 pays de 2010 à 2015. Les chercheurs ont ensuite examiné, par pays et par année, le taux de consommation d'antibiotiques en fonction des indicateurs économiques (croissance économique et niveaux de population dans les zones urbaines) puis effectué une projection de l’utilisation mondiale d'antibiotiques jusqu'en 2030 en utilisant les tendances de la croissance démographique.

Deux scénarii ont été suivis :

  • L’absence de changement de politique, l’évolution du taux de consommation d'antibiotiques sur 2010-2015 étant poursuivie à l’identique pour 2016-2030
  • La mise en œuvre d'une politique permettant de stabiliser le taux d’utilisation à son niveau de 2015.

 

L’analyse révèle ainsi que :

  • la consommation globale d'antibiotiques a augmenté de 65% au cours de la période étudiée de 15 ans, passant de 21,1 milliards à 34,8 milliards de doses quotidiennes définies ; Le taux de consommation d'antibiotiques a ainsi augmenté de 39%, passant de 11,3 à 15,7 doses quotidiennes définies pour 1.000 habitants/jour.
  • la consommation globale d'antibiotiques est plus élevée dans les pays en développement que dans les pays riches ;
  • la consommation globale d'antibiotiques de « dernier recours » , soit des antibiotiques les plus puissants normalement utilisés pour les infections les plus graves a également fortement progressé et est tout particulièrement préoccupante ;
  • Le principal moteur de l'augmentation de la consommation mondiale est l'augmentation (77%) de la consommation dans les pays à revenus faibles et intermédiaires.
  • En 2030, en l'absence de changement de politique, la consommation d'antibiotiques devrait augmenter de 200% pour atteindre 128 milliards de doses quotidiennes définies, avec un taux de 41/1.000 personnes/jour ;
  • En 2030, si tous les pays convergeaient vers la moyenne de 2015 l'estimation est une augmentation de 32% qui mène à 55,6 milliards de de doses quotidiennes.

 

 

Si l’étude ne décrypte pas précisément les causes de cette augmentation considérable de l’usage des antibiotiques, elle alerte sur la résistance bactérienne croissante associée et la menace qu’elle représente à terme pour la Santé publique.

Autres actualités sur le même thème