Vous recherchez une actualité
Actualités

APPRENTISSAGE: Pourquoi la bonne réponse ne doit pas tomber «toute cuite»

Actualité publiée il y a 5 années 2 semaines 3 jours
Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition

Il s’agit ici de l'encodage et du rappel des bonnes informations lors de l'apprentissage. Cette étude canadienne confirme ainsi chez les jeunes comme chez les moins jeunes, qu’un apprentissage « à la dure » consistant à devoir faire des efforts -et donc des erreurs- pour trouver la bonne réponse permet de mieux la mémoriser. Ces résultats, à paraître dans le Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition recommandent un mode d’entraînement et d'entretien cognitif basé sur l'effort et la logique, en particulier pour les cerveaux âgés.

Les chercheurs du Baycrest Centre for Geriatric Care et de l'Université de Toronto précisent que faire des conjectures aléatoires ne sert bien sûr à rien mais que travailler à partir de questions et suppositions pour aller 'approcher de la bonne information ou réponse apporte ensuite un avantage pour la mémorisation, chez les plus jeunes comme les plus âgés. Cette conclusion vient contredire un certain nombre d'études qui recommandent d'éviter de laisser faire des erreurs aux personnes âgées lors d'apprentissages ou exercices cognitifs. L'étude démontre ici que le processus erreurs, approximations, apprentissage peut, lorsqu'il est bien conduit, bénéficier à la mémoire.


L'étude a été menée avec 65 adultes jeunes âgés en moyenne de 22 ans et en bonne santé et, 64 adultes plus âgés, en moyenne de 72 ans et en bonne santé également. Les participants devaient apprendre des mots cibles à partir d'une catégorie sémantique (exemple : rose : une fleur) ou à partir d'une racine (exemple : rosier : ro). Pour la moitié de cet apprentissage de mots, les participants recevaient tout de suite la bonne réponse et devaient la mémoriser, pour les autres mots, ils étaient invités à deviner avant d'avoir la bonne réponse et de la mémoriser. Ensuite, les participants passaient un test de mémoire.

L'expérience montre que :

· les mots pour lesquels les participants ont dû faire un effort de réflexion afin de les deviner sur une base logique, ici à partir de la catégorie sémantique, sont les mots qui ont été le mieux mémorisés.

· Les mots mémorisés sur la base d'une racine sans logique particulière (ro : pour rose) sont bien plus mal mémorisés.

Ces résultats sont vérifiés quel que soit l'âge des participants.

Notre mémoire organise l'information à partir de concepts, expliquent les auteurs, par conséquent tout ce qui est en rapport avec le concept permet de mieux mémoriser la bonne réponse (par ex : poire-fruit-pomme). Chercher à deviner, autour d'un même concept, permet d'établir des liens utiles qui peuvent aider la mémoire. En revanche, mémoriser, sans rapport avec le concept (ro pour rosier) encombre et nuit à la mémoire.

L'étude montre que ce mode d'apprentissage est donc tout aussi intéressant chez les personnes plus âgées. Des résultats qui présentent des implications cliniques et pratiques en matière de réhabilitation de la mémoire chez les personnes âgées.

Source: Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition (In Press) via Baycrest It's better for memory to make mistakes while learning

Plus sur l'Apprentissage, la Mémoire

Autres actualités sur le même thème