Vous recherchez une actualité
Actualités

Au RÉGIME VÉGÉTARIEN ? Alors faible risque de maladie cardiaque, de diabète et d'AVC

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 1 semaine
Diabetes Care

Cette étude de la Loma Linda University (California) suggère que le syndrome métabolique est nettement moins répandu chez les “végétariens” avec une prévalence réduite de 36% chez ces adeptes du légume. Parce que le syndrome métabolique peut être précurseur de maladies cardiaques, de diabète et d’accidents cérébrovasculaires, les végétariens seraient donc à moindre risque de développer ces maladies. Ces conclusions, peu surprenantes, publiées dans la revue Diabetes Care, rappellent qu’un régime alimentaire sain améliore la plupart des principaux facteurs de risque cardiovasculaires qui font partie du syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est défini comme présentant au moins trois des cinq facteurs de risque que sont l’hypertension artérielle, un taux élevé de cholestérol HDL, une glycémie élevée, un taux élevé de triglycérides, et un tour de taille trop élevé. L'université de Loma Linda suggère qu’alors que 25% des végétariens présentent un syndrome métabolique, cette proportion augmente de façon significative à 37% pour les semi-végétariens et 39% pour les non-végétariens. Les résultats “tiennent le coup” après ajustement pour les facteurs tels que l'âge, le sexe, la race, l'activité physique, les calories consommées, le tabagisme et la consommation d'alcool.

Adventist Health Study 2, une étude de long terme menée sur près de 100.000 personnes résidant aux États-Unis et au Canada.


35% des sujets étaient végétariens. En moyenne, les végétariens et les semi-végétariens étaient plus âgés de 3 ans que les non-végétariens. Malgré leur âge un peu plus élevé, les végétariens avaient des niveaux de triglycérides, glycémie, tension artérielle, un tour de taille, et un indice de masse corporelle (IMC) plus faible, tout comme les semi-végétariens par rapport au non végétariens.

Cette étude confirme l'importance du régime alimentaire pour la plupart des principaux facteurs de risque cardiovasculaires qui font partie du syndrome métabolique, explique le Pr.Gary Fraser, auteur principal de l'Adventist Health Study 2. “Une “tendance” au régime végétarien est un choix sensé", conclut-il.