Vous recherchez une actualité
Actualités

BACTÉRIES RÉSISTANTES à l'hôpital: Les mesures classiques ne sont pas suffisantes!

Actualité publiée il y a 9 années 2 mois 2 semaines
New England Journal of Medicine

Une surveillance active des bactéries et des mesures “barrière”, telles que le port de gants et de blouse ne sont pas suffisantes pour réduire la transmission des principales bactéries résistantes aux antibiotiques en milieu hospitalier, selon cette étude prospective randomisée menée par les US National Institutes of Health sur 18 unités de soins intensifs. Des conclusions publiées dans l'édition du 14 avril du New England Journal of Medicine qui recommandent une thérapie plus active de réduction des bactéries chez les patients infectés et une “décontamination” de l’environnement hospitalier.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) et l'entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) sont des causes majeures d'infections en milieu hospitalier, difficiles à traiter et qui peuvent se propager d'un patient sur les mains d'un professionnel de santé, par l'intermédiaire de dispositifs, de vêtements, de meubles ou d'équipements médicaux.


L'une des plus grandes études portant sur la propagation des infections dans les hôpitaux de jour: Dans le cadre des stratégies pour réduire la transmission des bactéries résistantes dans les unités de soins intensifs, ces chercheurs dirigés par le Dr. Charles W. Huskins de la Mayo Clinic à Rochester (Minnesota), a examiné si un dépistage actif des patients pour le SARM et l'ERV et un recours systématique aux mesures de barrière comme l'hygiène des mains par les professionnels santé pourrait réduire la transmission des bactéries par rapport aux pratiques existant actuellement en soins intensifs.

Un dépistage actif a permis d'identifier des patients porteurs du SARM ou de bactéries ERV, mais les chercheurs n'ont pu identifier aucune différence dans la fréquence des infections entre ces patients identifiés comme infectés et ayant reçu des soins en fonction et les patients non dépistés du groupe témoin. Les professionnels de santé dans les deux groupes pratiquaient moins souvent que nécessaire, patient infecté ou pas, l'hygiène des mains et le port de gants et de blouses.

Résultats: Au cours d'une période de suivi de 6 mois, 5.434 admissions sur 10 unités de soins intensifs, et 3.705 admissions sur 8 unités de soins intensifs ont été suivies. Les patients infectés par le SARM ou ERV ont été soignés en prenant plus de précautions d'asepsie que les patients du groupe de contrôle, mais probablement de manière insuffisante. En effet, la moyenne de la fréquence des événements de colonisation ou d'infection à SARM ou ERV pour 1.000 patients-jours ne diffère pas significativement entre les unités de soins intensifs et le groupe de contrôle. (40,4 ± 3,3 et 35,6 ± 3,7 dans les deux groupes, respectivement, p = 0,35).

Si un suivi incomplet des recommandations d'asepsie par les professionnels de santé peut participer à ces résultats, les auteurs concluent que pour réduire significativement en pratique, la transmission de bactéries SARM et ERV dans les établissements de soins, les mesures classiques d'asepsie ne sont pas suffisantes et doivent être accompagnées de mesures complémentaires visant à réduire la présence de la bactérie dans l'organisme des patients mêmes et dans l'environnement hospitalier.