Vous recherchez une actualité
Actualités

BRÛLURES SUPERFICIELLES : Attention aux complications

Actualité publiée il y a 4 années 7 mois 1 semaine
Newsletter Soin des plaies

Comme pour tout traumatisme, les brûlures cutanées, fussent-elles superficielles, peuvent s’accompagner de complications, locales ou générales, infectieuses ou cicatricielles avec des conséquences fonctionnelles ou esthétiques. Des complications qui peuvent altérer globalement l’état de santé.

Les complications locales des brûlures superficielles sont essentiellement infectieuses et cicatricielles. Elles peuvent survenir, quoique rarement, même en cas de brûlure du 1er degré. · Les complications infectieuses : ces complications surviennent principalement sur des brûlures du 2ème degré ou plus profondes. La peau, barrière physiologique contre les agressions extérieures, porte en permanence de très nombreux germes, notamment des staphylocoques et des streptocoques. Toute brèche dans la couche basale de l'épiderme est une porte d'entrée pour une infection, qui se traduira localement essentiellement sous forme d'érysipèle et plus rarement sous forme de panaris au niveau des doigts ou des orteils. · Les complications cicatricielles : ces complications après une brûlure peuvent être fonctionnelles ou esthétiques. - Les complications cicatricielles fonctionnelles sont liées à une rétraction des tissus qui suit rapidement la brûlure. Aussi, la prise en charge des brûlures sur certaines localisations doit être bien conduite par des équipes spécialisées. Ø Une brûlure des organes génitaux, du fait du risque de sténose urétrale, nécessitera la pose au plus tôt d'une sonde urinaire à demeure et la suite de sa prise en charge sera confiée à des « brûlologues ». Ø De même, une brûlure au niveau de la main, des doigts en particulier, nécessitera une prise en charge précoce par des équipes spécialisées du fait du risque de blocage ou de réduction de la mobilité des doigts. - Les complications cicatricielles esthétiques peuvent également intervenir. Comme après une plaie cutanée, la cicatrice résiduelle peut être rétractile ou devenir chéloïde, entraînant une déformation inesthétique de la cicatrice. Peu étendue, localisée en zone peu exposée, une telle cicatrice peut éventuellement être tolérée du fait de l'absence de retentissement fonctionnel. En revanche, sur le visage, le décolleté, voire sur les membres, elle peut nécessiter une prise en charge chirurgicale secondaire, parfois lourde. D'où l'importance d'une bonne prise en charge initiale et d'une suivi en service spécialisé, pour une intervention correctrice au bon moment. Les complications générales sont essentiellement l'apanage de brûlures étendues, supérieures à 10% de la superficie chez l'adulte et le grand enfant et 5% chez les moins de 5 ans, touchant des patients aux âges extrêmes, sur des terrains débilités. Une grande prudence et un avis spécialisé au moindre doute sont recommandés, même si l'aspect initial peut sembler plutôt bénin. · Les complications hydro-électrolytiques : la prise en charge d'une brûlure étendue inclut entre autres gestes une très forte hydratation au plus tôt, avec une gestion fine des électrolytes. Tout retard de “réanimation” hydro-électrolytique par sous-estimation de la gravité d'une brûlure étendue (“Oh! Elle ne touche que le bras et la poitrine…”) peut gravement nuire au patient. · Décompensation de pathologies associées : sur terrains débilités (immunodéprimés, cardiaques, bronchopathes chroniques, insuffisants rénaux sévères …), la survenue d'une brûlure étendue peut déséquilibrer fortement l'état de santé. Une prise en charge aux urgences ou en milieu spécialisé si besoin est plus que nécessaire.


En conclusion, une prise en charge immédiate et adaptée d'une brûlure superficielle, peu ou très étendue, après avis spécialisé, est essentielle, sous peine de complications. Conformément aux recommandations de la SFETB*, l'utilisation d'un pansement de catégorie A pour les brûlures du 1er degré ou d'un pansement de catégorie B pour les brûlures de 2ème degré superficiel, sera privilégié. Du fait de leur effet antalgique et de l'hydratation qu'ils apportent en local, les pansements hydrogels en plaque restent les dispositifs de choix pour ce type de brûlures.

Newsletter Plaies et Cicatrisation, réalisée en partenariat avec Paul Hartmann

Auteur: Dr. Jean Sende, Médecin urgentiste - Service des Urgences - Hôpital privé Armand Brillard (94130 Nogent-sur-Marne)

* Société Française d'Etude et de Traitement des Brûlures

Autres actualités sur le même thème

Pages