Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE: Le gène muté hérité qui double le risque

Actualité publiée il y a 6 années 2 semaines 6 jours
Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention

Des mutations dans le gène BTNL2, un gène qui code pour une protéine impliquée dans la régulation des lymphocytes T et la production de cytokines, 2 facteurs clés de la fonction immunitaire augmentent le risque de développer un cancer de la prostate. Cette découverte d’une équipe de l’University of Washington, présentée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, permet d’éclairer la forte composante génétique du cancer de la prostate.

Car on estime, expliquent les auteurs, que 42% des cas de cancer de la prostate sont liés à l'hérédité ou à des variations génétiques présentes à la naissance. 5 à 10% de ces cas résultent de mutations héréditaires rares. Et c'est un risque multiplié par 2,5 à 2,7 qui vient d'être associé à la présence d'une des 2 mutations identifiées.


Le Pr. Janet Stanford, du Fred Hutchinson Cancer Research Center et son équipe ont identifié ces mutations chez des patients atteints de cancer de la prostate appartenant à des familles touchées par ce cancer de manière héréditaire. En utilisant une technique de séquençage de nouvelle génération, le séquençage de l'exome, les chercheurs identifient plusieurs gènes présentant des mutations mais ce sont 2 variantes du gène BTNL2 (butyrophiline -like 2) qui apparaissent les plus fortement liées au développement du cancer de la prostate et qui sont confirmées, ensuite, sur un nouveau groupe de patients. Les recherches montrent que,

· environ 1,5% des hommes atteints du cancer de la prostate présentent une des mutations.

· les hommes qui portent une de ces variantes ont un risque multiplié par 2,5 à 2,7 de cancer de la prostate vs ceux qui ne portent aucune des mutations.

Ces variants du gène BTNL2 avaient déjà été liés à plusieurs maladies auto-immunes et inflammatoires telles que la sarcoïdose (formation de granulomes immunitaires dans différents organes) et la colite ulcéreuse. Ils constituent désormais des biomarqueurs possible de risque en particulier chez les patients à risque héréditaire.

Source: Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention July 5, 2013; doi: 10.1158/1055-9965.EPI-13-0345 Germline Missense Variants in the BTNL2 Gene Are Associated with Prostate Cancer Susceptibility (Visuel Fotolia) Accéder aux dernières actualités sur le Cancer de la Prostate

Autres actualités sur le même thème