Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du FOIE: Première preuve d'une immunothérapie oncolytique sur la survie

Actualité publiée il y a 7 années 5 mois 3 semaines
Nature Medicine

Depuis de nombreuses années sur la piste des virus oncolytiques, ces virus capables d’infecter uniquement les cellules cancéreuses et de les détruire, tout en épargnant les cellules saines, l’alliance Jennerex-Transgene, vient confirmer, avec cette publication de résultats dans l’édition du 10 février de Nature Medicine, la capacité de son produit-candidat principal, Pexa-Vec (JX-594) à prolonger significativement la survie dans le carcinome hépatocellulaire avancé. C’est la première immunothérapie oncolytique à faire ses preuves sur la survie globale.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Jennerex, Inc, est une société privée centrée sur le développement et la commercialisation d'immunothérapies oncolytiques ciblées contre les tumeurs solides. Son candidat principal, Pexa-Vec (JX-594) offre une triple action, -oncolytique qui va “dissoudre” les amas tumoraux par « désintégration » des cellules tumorales via leur enveloppe cellulaire, -un effet anti-angiogénique -et une capacité à induire une réponse immunitaire anti-tumorale.


Un effet "survie" dose-dépendant : Dans cet essai mené sur 30 patients randomisés dans les groupes recevant des doses faibles et élevées sur 4 semaines, Pexa-Vec permet une réduction de la taille de la tumeur et une diminution du débit sanguin dans les tumeurs. Les données démontrent aussi le 3ème effet de Pexa-Vec, celui d'induire une réponse immunitaire contre la tumeur, comme en témoigne la toxicité médiée par les anticorps des cellules tumorales. Pexa-Vec est parvenu à prolonger significativement la survie de patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé, avec 14,1 mois de survie globale médiane pour le groupe à dose élevée par rapport à 6,7 mois pour le groupe à faible dose et donc avec un bénéfice de survie qui s'avère dose-dépendant. Le Pr Tony Reid, professeur de médecine à l'Université de Californie à San Diego rappelle l'importance de « ses » résultats, alors qu'il existe peu d'options de traitement pour ce type de cancer et que peu d'agents prometteurs sont actuellement en cours de développement. Enfin, Pexa-Vec a globalement été bien toléré.

Au total, Pexa-Vec a été administré en toute sécurité à plus de 200 patients et est actuellement en phase de développement clinique 2b pour le traitement du cancer du foie avancé et est également en cours d'évaluation dans d'autres tumeurs solides.

Source: Nature Medicine doi:10.1038/nm.3089 online 10 February 2013 Randomized dose-finding clinical trial of oncolytic immunotherapeutic vaccinia JX-594 in liver cancer

Lire aussi: CANCER du FOIE: Le virus oncolytique de Transgene pour les patients réfractaires

CANCER du FOIE: Le virus oncolytique de Trangène permet de doubler la survie

Autres actualités sur le même thème