Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du POUMON: Des chiens le détectent à l'odorat

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 3 jours
European Respiratory Journal

Les chiens renifleurs pourraient être aussi utilisés pour la détection précoce du cancer du poumon, selon cette étude publiée dans l’édition avancée en ligne du 18 août de l’European Respiratory Journal. Aussi, car une précédente étude, publiée fin janvier dernier dans la revue Gut (BMJ) montrait l’efficacité de ce mode de détection pour le moins surprenant dans le cancer du colon. Un intérêt particulier de la méthode pour le cancer du poumon, compte-tenu des difficultés de détection précoce. Mais la méthode, originale, devra encore surmonter de nombreux obstacles avant de pouvoir être adaptée en pratique clinique.

L'étude réalisée par des chercheurs de l'Hôpital Schillerhoehe en Allemagne, est la première à confirmer que les chiens renifleurs peuvent détecter de façon fiable le cancer du poumon, la deuxième forme la plus fréquente de cancer chez les hommes et les femmes à travers l'Europe responsable de 340.000 décès par an. Evidemment la méthode est non invasive puisque la détection se pratique sur des spécimens de souffle exhalé par les patients mais elle suppose…un nombre suffisant de chiens renifleurs.


Les limites de la méthode: Les chercheurs rappellent que la détection précoce du cancer du poumon est difficile, souvent effectuée par hasard. Cette méthode repose sur l'identification de composés organiques volatils (COV) liés à la présence du cancer. Bien que de nombreuses applications technologiques aient été développées, cette méthode est encore difficile à appliquer dans un contexte clinique car, outre le nombre limité de chiens formés, les patients ne sont pas autorisés à fumer ou à manger avant le test, l'analyse de l'échantillon peut prendre un certain temps et le risque d'interférence reste élevé. En raison de ces raisons, aucun cancer du poumon spécifiques COV n'ont pas encore été identifiés.

Cette nouvelle étude visant à évaluer si des chiens renifleurs pouvaient être utilisés pour identifier un COV dans l'haleine des patients a été menée sur 220 bénévoles, dont des patients atteints de cancer du poumon, de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et sur des volontaires sains. Les chercheurs ont effectué un certain nombre de tests pour voir si les chiens réussissaient à identifier de manière fiable la présence d'un cancer du poumon et si la fiabilité restait acceptable avec la présence de tabac.

Les chiens ont réussi à identifier 71 cas de cancer du poumon sur 100. Ils ont également détecté correctement 372 échantillons sans cancer du poumon sur 400 possibles. Ils parviennent également à détecter le cancer du poumon indépendamment de la BPCO et de la fumée de tabac. Ces résultats confirment donc la présence d'un marqueur stable pour le cancer du poumon, indépendant de la BPCO, du tabagisme, de certains aliments et médicaments.

Dans le souffle des patients atteints de cancer du poumon, il y a des composés chimiques différents en cas de cancer du poumon et l'odorat des chiens est capable de détecter cette différence à un stade précoce de la maladie. Nos résultats confirment la présence d'un marqueur stable pour le cancer du poumon. C'est un grand pas en avant dans le diagnostic du cancer du poumon, mais nous avons encore besoin d'identifier précisément les composés observés dans le souffle exhalé des patients.

Il est regrettable que les chiens ne puissent pas communiquer la biochimie de l'odeur du cancer! "