Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCERS de la tête et du cou : Les œstrogènes, facteurs de propagation

Actualité publiée il y a 9 années 3 mois 19 heures
Cancer Prevention Research

Les chercheurs du Fox Chase Cancer Center concluent que les œstrogènes peuvent augmenter la diffusion des cellules précancéreuses dans la bouche et favoriser ainsi la propagation de la maladie au sein de la cavité buccale. Ces résultats, publiés dans l’édition de janvier de la revue Cancer Prevention Research, une revue de l'American Association for Cancer Research, pourraient conduire à de nouvelles stratégies de chimio-prévention.

Les cancers de la tête et du cou comprennent des tumeurs qui se forment sur les tissus et les organes de la région de la tête et du cou, à l'exception des yeux, du cerveau, des oreilles, de la thyroïde et de l'œsophage. Ils sont particulièrement douloureux car la maladie et le retrait chirurgical de la tumeur affectent des parties visibles du corps et rendent extrêmement pénibles des actes quotidiens comme manger, parler, ou respirer. Selon l'OMS, les cancers de la tête et du cou sont le sixième type le plus courant de cancer et sont en incidence croissante, avec la consommation de tabac et d'alcool, estimée en Europe, à 140.000 cas par an et plus de 65.000 décès.


Le Pr. Margie Clapper, du Fox Chase Cancer Center et coll. avaient déjà signalé des modifications du métabolisme des œstrogènes suivant l'exposition à la fumée du tabac qui pouvait contribuer au cancer du poumon. Pour savoir si cette hormone féminine influe sur le développement du cancer de la tête et du cou, le Pr. Ekaterina Shatalova, autre chercheur au Fox Chase Cancer Center et auteur de l'étude, a examiné l'impact des œstrogènes sur les cellules précancéreuses et cancéreuses.

Les chercheurs constatent que les œstrogènes induisent l'expression d'une enzyme appelée cytochrome P450 1B1 (CYP1B1), responsable de la dégradation des toxines et de la métabolisation de l'œstrogène. Cette expression de CYP1B1 eu lieu uniquement dans les cellules précancéreuses, qui ne sont ni plus tout à fait normales, ni tout à fait cancéreuses. Curieusement les œstrogènes ne favorisent pas l'expression de l'enzyme CYP1B1 dans les cellules cancéreuses. Les chercheurs ont ensuite constaté qu'une expression réduite de CYP1B1, réduit la capacité des cellules précancéreuses à circuler et à se diviser. Les œstrogènes réduisent également la mort cellulaire des cellules précancéreuses, quel que soit le niveau de l'enzyme CYP1B1.

"L'idée serait de pouvoir trouver un agent naturel capable d'épuiser cet enzyme CYP1B1 pour prévenir le cancer par voie orale au stade précancéreux», conclut le Pr. Shatalova. "Nos études antérieures ont montré que l'enzyme CYP1B1 siège au centre des modifications qui se produisent dans les poumons après l'exposition à la fumée. Nous avons maintenant déterminé son rôle sur les cellules précancéreuses de la cavité buccale. CYP1B1 pourrait être une cible thérapeutique idéale dans les lésions précancéreuses de la tête et du cou, car en l'attaquant, on pourrait mettre fin à la progression de ces lésions et les empêcher de passer à un stade plus avancé."

Les patients diagnostiqués avec un cancer de la tête et du cou sont à un risque élevé de développer une seconde tumeur primaire, associée à une survie moindre. Trouver le moyen de réduire ces tumeurs pourrait contribuer à améliorer la survie des patients.