Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : Plus de consommation, plus de sexe ?

Actualité publiée il y a 1 année 10 mois 3 semaines
Journal of Sexual Medicine
Le cannabis pourrait stimuler l'activité dans les zones du cerveau impliquées dans l'excitation et l'activité sexuelles

Une utilisation régulière du cannabis apparaît, avec cette étude de l'Université de Stanford, associée à une sexualité plus épanouie : une association plutôt positive qui devrait apaiser les inquiétudes de certains médecins et chercheurs -écrivent les auteurs dans un communiqué- selon lesquelles un usage fréquent pourrait altérer la performance ou le désir sexuel. Cette analyse, menée sur pas moins de 50 000 participants américains âgés de 25 à 45 ans, présentée dans le Journal of Sexual Medicine, suggère, comme d’autres recherches, que le cannabis puisse stimuler l'activité dans les zones du cerveau impliquées dans l'excitation et l'activité sexuelles.

Selon le National Institute on Drug Abuse (NIAID) plus de 20 millions d'Américains consomment du cannabis à des fins récréatives ou thérapeutiques. En dépit des nombreux bénéfices thérapeutiques suggérés par de nombreuses études, des effets de dysfonctionnements érectiles chez les gros consommateurs et de réduction du nombre de spermatozoïdes ont été évoqués ; en revanche, des études chez l’animal ont fait valoir une activité stimulée dans certaines zones du cerveau impliquées dans l'excitation et l'activité sexuelles. Ici, le Dr Michael Eisenberg, professeur adjoint d'urologie et auteur principal de l’étude précise : « La consommation fréquente de cannabis ne semble pas altérer la motivation ou la performance sexuelle et est même associée à une augmentation de la fréquence coïtale ». Si ses résultats n'établissent pas de lien de causalité entre l'usage du cannabis et l'activité sexuelle, ils laissent entrevoir une tendance générale d’impact positif, pour les 2 sexes, sur la sexualité.

 

Afin de déterminer précisément l'effet du cannabis sur la fréquence des rapports sexuels, les chercheurs ont analysé les données de structures familiales, pratiques sexuelles et de maternité de la National Survey of Family Growth, une enquête annuelle soutenue par US Centers for Disease Control and Prévention (CDC) les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies. L’enquête interroge explicitement ses participants sur la fréquence de leurs relations sexuelles au cours des 4 dernières semaines, ainsi que sur la consommation de cannabis au cours des 12 derniers mois. Ces données ont pu être compilées depuis 2002, pour 28.176 femmes et 22.943 hommes âgés en moyenne de 30 ans. L’analyse montre que :

  • 24,5% des hommes et 14,5% des femmes consomment ou ont consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois,
  • Il existe une association positive entre la fréquence de consommation du cannabis et la fréquence des rapports sexuels,
  • Cette relation s'applique aux 2 sexes : les femmes qui consomment du cannabis quotidiennement déclarent 7,1 rapports sexuels au cours des 4 dernières semaines vs 6 pour les femmes qui n’en consomment pas ; ce rapport est de 6,9 vs 5,6 chez les hommes.
  • en d'autres termes, les utilisateurs de cannabis déclarent des rapports sexuels 20% plus fréquents ;
  • cette association positive entre l'usage du cannabis et la fréquence des rapports s’avère indépendante du statut démographique, matrimonial ou parental.

 

Même après prise en compte de l'usage d'autres substances, comme la cocaïne ou l'alcool, cette association positive subsiste. Une association qui ne reflète pas simplement une association sous-jacente entre des personnalités moins inhibées plus ouvertes à la consommation de cannabis ou à la sexualité. Car la fréquence coïtale augmente de manière dose-dépendante avec l'utilisation croissante du cannabis, ce qui suggère son rôle possible dans la promotion de l'activité sexuelle.

 

Reste néanmoins à prouver le lien de causalité.

Autres actualités sur le même thème