Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : Risque de maladie psychique plus précoce

Actualité publiée il y a 10 années 8 mois 2 semaines
JAMA

La consommation de cannabis semble être associée à une apparition plus précoce de la maladie psychique, comme la schizophrénie, selon cette méta-analyse des études publiées. Des conclusions présentées dans l’édition avancée en ligne du 7 février des Archives of General Psychiatry, l’une des revues du JAMA.

Plus de 16 millions d'Américains consomment régulièrement du cannabis, dont la plupart depuis leur adolescence, selon les auteurs l'article. "Il y a peu de doute sur l'existence d'une association entre la consommation de substances et le développement de troubles psychotiques. Les enquêtes nationales de santé mentale ont constaté à plusieurs reprises une consommation plus élevée de cannabis chez les personnes ayant un diagnostic de trouble psychotique».


Le Dr. Matthew Grand, du Prince of Wales Hospital, New South Wales (Australie), et coll. ont identifié 83 études impliquant 8.167 participants consommateurs de cannabis ou d'autres substances et 14.352 personnes non consommatrices. Les chercheurs ont comparé l'âge d'apparition de la psychose entre ces deux groupes.

La méta-analyse révèle que les personnes qui ont consommé du cannabis développent une psychose en moyenne 2,7 ans plus tôt que les non consommateurs. La consommation d'alcool seul –curieusement- n'a pas été associée à un âge plus précoce de début de psychose.

"Un certain nombre d'hypothèses ont été avancées pour expliquer l'association entre la consommation de cannabis et la schizophrénie, dont les suivantes:

· la consommation de cannabis est un facteur causal de schizophrénie;

· la consommation de cannabis précipite la psychose chez les personnes vulnérables;

· la consommation de cannabis aggrave les symptômes de la schizophrénie,

· les personnes atteintes de schizophrénie sont plus susceptibles de consommer du cannabis.

Les résultats actuels confirment que la consommation de cannabis précipite la schizophrénie et d'autres troubles psychotiques, peut-être par interaction entre facteurs génétiques et environnementaux ou en perturbant le développement du cerveau, concluent les auteurs.

Mais, quoiqu'il en soit, « ces résultats fournissent des preuves solides que la réduction de la consommation de cannabis pourrait retarder ou même prévenir certains cas de psychose et la nécessité d'une mise en garde de santé publique renouvelée sur le risque accru, avec la consommation de cannabis, de développer une maladie psychotique."