Vous recherchez une actualité
Actualités

CARDIO : Veines transgéniques pour pontage coronarien

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 1 jour
Science Translational Medicine

Des scientifiques ont réussi à développer des veines transgéniques en laboratoire. Si cette recherche n’est que préliminaire et si les chercheurs devront passer de nombreuses autres étapes avant que ces veines cultivées en laboratoire soient confirmées comme sûres et efficaces chez l’Homme, cette avancée pourrait révolutionner la chirurgie du pontage cardiaque. Une recherche présentée dans l’édition du 2 février de la revue scientifique, Science Translational Medicine.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces scientifiques de l'East Carolina University, Duke University, et de l'Université de Yale ont développé une méthode pour utiliser le tissu musculaire humain pour recréer des vaisseaux sanguins en laboratoire. Ils ont ensuite testé ces veines « artificielles » sur l'animal qui ont démontré un débit "excellent" du sang et une bonne résistance aux blocages ou autres complications. Ces veines artificielles ont également l'avantage de se conserver, en toute sécurité au réfrigérateur, pendant un an, précisent les chercheurs.


Cette recherche sur l'animal suggère, qu'à l'avenir, il pourra être possible d'utiliser ces veines transgéniques sur l'homme, lors d'opérations de pontage coronarien par exemple, ce qui suppose actuellement le prélèvement, sur le patient, d'un vaisseau sanguin sain. Les chercheurs soulignent qu'il y a un énorme besoin de greffes vasculaires. D'autres tentatives ont été faites pour développer des TEVGs (The bioengineered veins) et certaines ont été mises à l'essai chez les patients. Cependant, les chercheurs mettent en avant des difficultés d'utilisation, des coûts de production élevés et un processus de production extrêmement long.

Les veines transgéniques (TEVGs) développées par les chercheurs à partir de cellules musculaires ont été stockées pendant 12 mois à 4 °C. Les scientifiques ont ensuite testé la faisabilité sur l'animal. Ils ont utilisé des techniques spécialisées pour évaluer la réponse immunitaire des animaux et l'échographie et des techniques d'imagerie médicale pour surveiller les greffes. Après un an, les chercheurs constatent que ces TEVGs présentent les mêmes propriétés que les vaisseaux sanguins humains, avec un bon débit sanguin, une intégration correcte par rapport aux vaisseaux sanguins existants, une résistance à la dilatation, à la calcification et à l'hyperplasie intimale (épaississement). Les chercheurs concluent que les derniers résultats obtenus suggèrent une absence de risque de rejet du greffon.

Conclusions : Selon les chercheurs, l'utilisation de cellules humaines pour produire des TEVGs pourrait permettre à un donneur humain de fournir des greffons à des dizaines de patients. Mais la recherche en est encore à un stade précoce.

Source: Science Translational Medicine February 2 2011: Vol. 3, Issue 68, p. 68ra9 Readily Available Tissue-Engineered Vascular Grafts, traduction, adaptation, mise en page, Alexis Yapnine, Santé log, le 4 février 2011 (Visuels NIH, NHS)

Accéder à l'Espace Cardio, Recherche