Vous recherchez une actualité
Actualités

CATHINONES, méphédrone, bath salts… désormais tous classés comme stupéfiants

Actualité publiée il y a 7 années 1 mois 2 jours
ANSM

Agitation, palpitations, tachycardie, vomissements, face à l’apparition de cas graves d’intoxication et à une consommation en augmentation en France, le Ministère de la santé vient de classer comme stupéfiants l’ensemble de la famille des cathinones par arrêté au Journal Officiel. A nouveau, l’ANSM met en garde les usagers sur la toxicité présentée par ces drogues et maintient une surveillance renforcée.

Le classement en tant que stupéfiants fait suite à la proposition du directeur de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) après avis de la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes.


La consommation des cathinones substituées en augmentation en France et en Europe : Les cathinones font partie des nouvelles substances psychoactives émergeantes sur les marchés de la drogue. En Europe, 110 nouvelles substances psychoactives ont ainsi été signalées par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies Toxicomanies (OEDT) et Europol entre 1997 et 2009 et, sur la seule année 2010, plus de 40 nouvelles substances ont été notifiées en UE, dont les cathinones.

Les cathinones, substances actives extraites des feuilles de khat, plante d'Afrique utilisée pour ses propriétés stimulantes et hallucinogènes possèdent une structure chimique proche de celle de l'amphétamine. Parmi les cathinones, la méphédrone : 4-methylmethcathinone qui, avec d'autres substances comme les pipérazines contiennent des substances réglementées et sont connus comme des «euphorisants légaux». Ces produits sont vendus sous différentes appellations du type « Bath salts ». Les cathinones peuvent également être combinées à la méthamphétamine, donnant la methcathinone. Ces substances sont souvent consommées avec de l'alcool ou d'autres stupéfiants et les effets négatifs les plus fréquemment rapportés sont une agitation, des palpitations, une tachycardie, des vomissements et des maux de tête.

Dès juin 2010, la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes de l'Afssaps avait déjà classé comme stupéfiant la 4-méthylmethcathinone ou méphédrone, mais, problème, la méphédrone, n'était pas interdite en France. Avec l'apparition de nouvelles cathinones aux effets pharmacologiques et toxicologiques graves et la survenue de cas d'intoxication, le Ministère chargé de la Santé vient donc de classer l'ensemble de la famille de substances sur la liste des stupéfiants.

Autres actualités sur le même thème