Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE: Les 2 tiers de la planète n'ont pas accès aux interventions de base

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 3 semaines
The Lancet

5 milliards de personnes dans le monde n’y ont pas accès : Ces nouvelles estimations aboutissent ainsi à un nombre deux fois plus important qu’on ne le pensait de personnes n’ayant pas accès à la chirurgie et à l'anesthésie de base, nécessaires pour les interventions les plus courantes comme celles liées à l'appendicite, aux fractures ou aux accouchements. Ces nouvelles données, publiées dans le Lancet, sont issues des travaux d’une commission de 25 experts lancée le 27 avril lors d’un symposium de la Royal Society of Medicine de London.

L'un des experts de la Commission, le Dr Lars Hagander, de l'Université de Lund, en Suède explique que trop de gens meurent de maladies courantes traitables chirurgicales et que le problème est particulièrement aigu en Afrique subsaharienne orientale, occidentale et centrale, en Asie du Sud et du Sud-Est. La Commission, qui a analysé les données portant sur 196 pays, révèle en effet que 4,8 milliards de personnes dans le monde n'ont pas accès à la chirurgie et à l'anesthésie et que cette absence d'accès est encore pire dans les pays à faible revenu concernant jusqu'à 9 personnes sur 10. Environ un tiers de tous les décès (2010), soit 32,9% soit 16,9 millions de décès étaient liés à des conditions traitables par chirurgie. Ces décès, évitables, dépassent largement le nombre de décès liés au VIH / SIDA, à la tuberculose et au paludisme réunis. Pourtant, la chirurgie reste un parent négligé de la médecine et de la santé.


1 intervention sur 4 pour un tiers de la population : Sur les 313 millions d'interventions effectuées dans le monde chaque année, seule 1 sur 20 est réalisée dans les pays les plus pauvres, où néanmoins, plus d'un tiers de la population mondiale vit. La « pénurie » mondiale d'interventions se chiffrerait à au moins 143 millions chaque année, certaines régions ayant un besoin estimé au double de celui d'autres régions. La disparité est donc énorme. Un patient sur 4 opéré dans le monde encoure des difficultés financières voire la pauvreté en raison des dépenses entraînées par la chirurgie.

Pourtant, rétablir un accès acceptable, dans toutes les régions du monde est possible : Malgré l'ampleur du problème, la Commission estime à 420 milliards de dollars, l'investissement nécessaire pour y parvenir d'ici 2030. Le rapport fournit déjà les clés de cet accès avec indicateurs et recommandations ainsi qu'un cadre de stratégie pour les plans nationaux. Si les investissements sont importants, les coûts de l'inaction sont encore plus élevés, poursuit la Commission : ils doivent « être considérés comme un investissement très rentable, plutôt que comme un coût ». En l'absence de soins chirurgicaux, les maladies courantes, facilement traitables deviennent fatales», ajoute Andy Leather, directeur du Centre for Global Health du King's College London : « La communauté internationale ne peut pas continuer à ignorer ce problème. Des millions de personnes meurent inutilement et il y a urgence à offrir un accès plus équitable et plus abordable aux services chirurgicaux dans les prochaines décennies, comme c'est le cas pour l'accès aux traitements, face à la hausse des taux de cancer ».

Source: The Lancet 26 April 2015 DOI: 10.1016/S2214-109X(15)70115-4 Global access to surgical care: a modelling study

Autres actualités sur le même thème