Vous recherchez une actualité
Actualités

CONTRACEPTION: Enfin gratuite pour les mineures

Actualité publiée il y a 5 années 9 mois 1 semaine
hexpress

Depuis la polémique sur les pilules de troisième et quatrième génération de ces derniers mois, les mesures et les discours concernant les contraceptifs se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que certains contraceptifs deviendront gratuits pour les jeunes filles de 15 à 18 ans -ainsi que l’IVG pour toutes- d’ici la fin du mois, d’autres sont en passe d’être déremboursés voire suspendus par la suite. Rappel de l’actualité de la contraception en France.


Contraception des mineures et IVG

E octobre dernier, l'Assemblée votait à la quasi-unanimité le remboursement de l'IVG médicamenteuse ou chirurgicale à 100 % pour toutes les femmes, une mesure de campagne de François Hollande ainsi que le remboursement à 100% des contraceptifs pour les jeunes filles de 15-18 ans. Une avancée concernant l'IVG, alors que jusque-là 20 à 30% du montant de l'intervention restait à la charge des patientes et qui devrait s'accompagner, avait promis la Ministre, d'un élargissement de l'accès et du nombre de Centres IVG. La date d'application de ces deux mesures, qualifiées par la Ministre de choix majeurs de Santé publique vient d'être fixée au 31 mars.

Les différentes contraceptions, qui devraient permettre de limiter les IVG et les grossesses non-désirées, seront également gratuites dès le 31 mars pour les jeunes filles de 15 à 18 ans. En revanche, les consultations pour prescription demeurent payantes. Une mesure limitée aux pilules de première et deuxième génération, à l'implant progestatif et au stérilet, actuellement couverts à 65%. Le patch et l'anneau contraceptifs, la cape cervicale et le préservatif ne sont pas concernés.

Diane 35 et les pilules de troisième et quatrième génération

Le traitement acnéique Diane 35 et les pilules de troisième et quatrième génération seront écartés de « l'arsenal contraceptif ». La décision de suspension d'AMM de Diane® 35 prend en effet dès le 21 mai, a déjà précisé l'Agence du Médicament par lettre aux professionnels de santé. En cause, son efficacité modérée dans le traitement de l'acné et un risque thromboembolique veineux 4 fois supérieur à celui observé chez les femmes non traitées. Indiquée pour le seul traitement de l'acné, mais utilisée à des fins de contraception orale, Diane aura été associée à 113 cas de thrombose depuis sa mise sur le marché.

Quant aux pilules de troisième et quatrième génération, elles ne seront plus remboursées dès le 30 septembre prochain. Ces décisions font suite à des événements cardiaques, thromboses et embolies pulmonaires associés à ces contraceptifs. De plus, la Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS) a jugé le service médical rendu (SMR) des pilules contraceptives dites de 3e génération insuffisant. Déjà déconseillés chez les femmes ayant des antécédents cardiovasculaires, les pilules de troisième et quatrième génération sont toujours disponibles et peuvent néanmoins encore être prescrites en seconde intention, “si une patiente sous pilule de 2ème génération se plaint de maux de têtes, nausées, de prise de poids ou de cellulite”, comme l'explique le gynécologue Alain Knopf sur le site Carevox.

Auteur : Ariane Callet, hexpress

Autres actualités sur le même thème

Pages