Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE: Des nanostéroïdes pour la rétine

Actualité publiée il y a 8 années 6 mois 4 semaines
Biomaterials

Un million de personnes en France souffrent de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), 25 à 30 millions dans le monde. Cette collaboration de la Wayne State University, de la Mayo Clinic et du Johns Hopkins vient d’aboutir à un nouveau mode de traitement potentiel de la DMLA et de la rétinite pigmentaire. Sa forme ? Des nanoparticules appelées dendrimères auxquelles sont attachés des stéroïdes qui ciblent les cellules endommagées laissant le reste de l'œil sain et préservant la vision. Il n'existe actuellement aucun traitement et cette avancée est un espoir pour des millions de patients dans le monde.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La dégénérescence maculaire sèche liée à l'âge et la rétinite pigmentaire sont causées par la neuro-inflammation, qui endommage progressivement la rétine et peut entraîner la cécité. La dégénérescence maculaire est la principale cause de perte de vision chez les plus âgés, affectant de 25 à 30 millions dans le monde. La rétinite pigmentaire englobe de nombreuses maladies génétiques affectant la rétine et touche quelques dizaines de milliers de personnes dans le monde.


Les auteurs de l'étude ont développé système de délivrance de médicaments, ciblé, à libération prolongée en utilisant des nanodispositifs simples. Leurs expériences ont été menées sur des modèles de rats, à la Wayne State University, et montrent qu'une administration intravitréenne de l'ordre de quelques microgramme de ces nanomédicaments pourrait offrir une neuro-protection -au moins pour une durée d'un mois-. La cible de ces dendrimères était les cellules microgliales actives, des cellules immunitaires en charge du nettoyage des cellules mortes dans les yeux. Activées, ces cellules peuvent être responsables de la neuro-inflammation. Elles absorbent les dendrimères, les « conservent » durant un mois et le médicament est libéré progressivement à l'intérieur offrant ainsi une neuro-protection ciblée à la rétine.

Bien que les stéroïdes ainsi libérés n'apportent qu'une protection temporaire, le traitement dans son ensemble apporte un soulagement important, selon l'étude et la technologie est en instance de brevet.

Source: Biomaterials Volume 33, Issue 3, January 2012, Pages 979-988 doi:10.1016/j.biomaterials.2011.10.010 Dendrimer-based targeted intravitreal therapy for sustained attenuation of neuroinflammation in retinal degeneration (visuel http://www.dmlainfo.fr/)

Accéder aux dernières actualités sur le DMLA

Lire aussi : POLYARTHRITE RHUMATOÏDE: Les dendrimères, un nanomédicament prometteur -

Autres actualités sur le même thème