Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 1 : L'alcool, un risque majeur de complications et de décès

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 5 jours
BMJ

Cette étude de cohorte menée en Finlande, un des pays à plus forte prévalence de diabète de type 1, conclut à une augmentation importante, ces dernières années, de la durée de survie des personnes diabétiques de type 1 avec apparition précoce du diabète, c’est-à-dire avant l’âge de 14 ans. Ce résultat n’est pas vérifié pour les patients diabétiques de type 1 d’apparition plus tardive, pour lesquels la consommation excessive d’alcool serait un facteur prépondérant de risque de complications et de décès. Ces résultats, sont publiés dans l’édition en ligne du 8 septembre, du British Medical Journal, incitent les patients concernés à une consommation très modérée d’alcool.

Le diabète de type 1 reste la forme dominante du diabète juvénile (enfants, ados), même si son incidence varie selon les pays, en hausse épidémique dans certains cas défiant toutes les prévisions, comme en Finlande. On croyait son incidence stable, mais elle augmente aussi, en rapport avec l'augmentation de l'incidence de l'obésité.


Ces chercheurs de l'Université d'Helsinki ont étudié les tendances à court et à long terme des durées de survie, chez les patients atteints de diabète de type 1, à début précoce (âge 0-14 ans) ou d'apparition « tardive » (15-29 ans) ainsi que les causes de décès au cours du temps. Les 17.306 patients finlandais participant à l'étude avaient reçu un diagnostic de diabète de type 1 avant leurs 30 ans et entre 1970 et 1999. Les critères principaux de l'étude étaient le taux de mortalité brut et toutes causes confondues et leurs tendances dans le temps.

· 1.338 décès sont survenus durant l'étude (soit 370.733 années-personne de suivi), soit un taux de mortalité toutes causes de 361/100.000 années-personnes.

· Le taux de mortalité standardisé s'élevait à 3,6% dans la cohorte « à début précoce » vs 2,8 dans la cohorte « apparition tardive ».

· Les taux de mortalité des femmes s'avèrent plus élevés que ceux des hommes, (5,5 vs 3,0 dans la cohorte d'apparition précoce, 3,6 vs 2,6 dans la cohorte apparition tardive).

· Le taux de mortalité standardisé sur une durée de 20 ans de diabète dans la cohorte « apparition précoce » est passé de 3,5% pour les personnes diagnostiquées de 1970 à 1974 à 1,9% pour les personnes diagnostiquées en 1985-9.

· En revanche, le taux de mortalité standardisé dans la cohorte « apparition tardive » est passé de 1,4 % en 1970 à 1974 à 2,9% pour les personnes diagnostiquées en 1985-9.

· La mortalité due aux complications chroniques du diabète a diminué avec le temps, pour les diabétiques « d'apparition précoce » mais pas dans la cohorte d'apparition tardive.

· La mortalité liée à l'alcool a beaucoup augmenté dans la cohorte « d'apparition tardive » et explique 39% des décès constatés sur les 20 premières années de maladie.

La survie des personnes diabétiques de type 1 avec apparition précoce du diabète s'est donc beaucoup améliorée au fil du temps, en revanche, l'alcool intervient comme un facteur prépondérant de complications et de mortalité chez les diabétiques de type 1 avec apparition tardive du diabète.

Source: BMJ 2011; 343:d5364 doi: 10.1136/bmj.d5364 (Published 8 September 2011) “Time trends in mortality in patients with type 1 diabetes: nationwide population based cohort study

Autres actus sur le Diabète de type 1

Autres actualités sur le même thème