Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 1: Le BCG pourrait bien traiter la maladie

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 5 jours
American Diabetes Association

Ces résultats prometteurs d’essais cliniques de phase I du générique du BCG (bacille de Calmette-Guérin) pour traiter les diabètes de type I avancés ont été présentés le 25 juin lors des sessions de l’American Diabetes Association scientifique de San Diego.

Une équipe de recherche dirigée par le Pr. Denise Faustman, directeur du laboratoire d'immunobiologie de l'Hôpital général du Massachusetts (MGH) a présenté 2 essais. (n ° 2240-PO et n ° 0057-LB.) –Le premier décrit la reproduction chez les patients du mécanisme qui a permis d'inverser le diabète de type 1 dans un modèle murin et le seconde suggère que l'absence d'un élément clé de ce mécanisme peut expliquer pourquoi les autres essais récents de traitement du diabète par anticorps ont échoué.


«Nous constatons que même de faibles doses de BCG pourrait transitoirement inverser le diabète de type 1 chez les patients humains», explique le Dr. Faustman. «Une des clés de cet essai est notre façon de pouvoir mesurer la mort des cellules T autoréactives qui affecte la capacité du pancréas à produire de l'insuline. Non seulement nous avons pu observer et mesurer la mort de ces cellules immunitaires autoréactives, mais nous avons également obtenu les preuves de la restauration de la production d'insuline, même chez des patients diabètiques de type 1 depuis plus d'une décennie”.

Le BCG, médicament générique fort de 90 années de données de sécurité, est actuellement approuvé par l'agence américaine FDA pour la vaccination contre la tuberculose et le traitement du cancer de la vessie. Le BCG est connu pour élever les niveaux de facteurs de nécrose tumorale (TNF- tumor necrosis factor) et cette étude a montré qu'il est possible d'éliminer temporairement les globules blancs anormaux responsables de diabète de type 1 chez les humains et les souris.

Des échantillons de sang des participants atteints de diabète ont également été comparés avec des échantillons provenant de 6 participants non diabétiques et avec des échantillons de référence de 75 autres personnes avec et 15 sans diabète.

La plupart des participants traités par le BCG montrent des augmentations dans la destruction des lymphocytes T autoréactifs et dans les niveaux de protection des cellules T régulatrices. Une élévation temporaire, mais statistiquement significative du taux de peptide C, suggérant une restauration de la production d'insuline a également observée chez les patients traités par le BCG.

Des données qui confirment que le BCG peut bénéficier aux personnes diabétiques de type 1 en stimulant les niveaux de TNF. 8,5 millions de $ sont actuellement investis pour réaliser l'étude de phase II à mener au cours des trois prochaines années.