Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE de type 2 : Des variants génétiques marqueurs et prédictifs de la maladie

Actualité publiée il y a 10 années 9 mois 1 semaine
JAMA

Certaines variations d’un gène, HMGA1, sont associées à un diabète de type 2, chez les personnes de descendance européenne et de race blanche, selon cette étude publiée dans l’édition du 2 mars du JAMA. L’identification de ces variants, chez près de 10% des participants diabétiques, a d’importantes conséquences sur le plan clinique : Elle pourrait constituer, à terme, un marqueur de la résistance à l’insuline et du diabète de type 2, un facteur prédictif de la réponse au traitement et de l’évolution de la maladie et enfin une nouvelle cible thérapeutique.

Le diabète de type 2 est une maladie métabolique fréquente qui touche près de 250 millions de personnes à travers le monde, et est associée à de graves comorbidités dont les rétinopathies, les néphropathies et les maladies cardiovasculaires. La résistance à l'insuline dans le muscle, le foie et le tissu adipeux est une caractéristique majeure chez la plupart des patients diabétiques de type 2. Il est largement prouvé que l'hérédité est un facteur majeur de la résistance à l'insuline dans le diabète de type 2. "Cependant, malgré des études approfondies, dont des études génétiques et de récentes études d'associations pangénomiques, les causes génétiques de la résistance à l'insuline restent insaisissables», écrivent les auteurs. Les chercheurs ont néanmoins découvert que la protéine HMGA1 est un régulateur clé de l'expression des gènes du récepteur de l'insuline (insulin receptor ou INSR).


Le Pr. Antonio Brunetti, de l'Université de Catanzaro (Italie) et ses collègues ont mené cette étude pour examiner l'association des variants du gène HMGA1 chez les patients diabétiques de type 2, de 3 populations de race blanche et d'ascendance européenne. L'étude a été menée sur

· des patients italiens, diabétiques de type 2 (n = 3.278) et 3.328 personnes non diabétiques (2 groupes de contrôles) (n = 3328) de 2003 à 2009,

· sur des patients américains diabétiques de type 2 (n = 970) de Californie du Nord entre 1994 et 2005 et 958 personnes non diabétiques entre 2004 et 2009,

· et sur des patients français diabétiques de type 2 (n = 354) et 50 « contrôles » sains en 1992.

L'ADN de ces patients a été séquencé et analysé pour identifier des mutations du gène HMGA1.

Les chercheurs constatent que le variant le plus fréquent de HMGA1, « IVS5-13insC », est présent chez 7 à 8% des patients atteints de diabète de type 2 dans ces 3 populations. La prévalence de cette variante est :

· 16 fois plus élevée chez les patients italiens diabétiques de type 2 (7,23% vs 0,43% dans le groupe témoin et vs 3,32% dans les autres groupes témoins).

· chez les patients américains diabétiques de type 2 : 7,7% vs 4,7% chez les témoins

· chez les patients français diabétiques de type 2 : 7,6% vs 0% chez les témoins.

Dans la population italienne, 3 autres variantes ont été observées. Une fois les 4 variantes analysées, les chercheurs constatent qu'elles sont présentes chez 9,8% des patients italiens diabétiques de type 2.

Les chercheurs concluent que près de 10% des personnes diabétiques de type 2 présentent des variations dans le gène codant HMGAl et cette conclusion a d'importantes implications cliniques :

· Un marqueur précoce ? Tout d'abord, la présence de ces variants peut constituer un marqueur précoce de prédiction de la résistance à l'insuline et du diabète de type 2, en particulier chez les personnes qui ont des antécédents familiaux.

· Prédire la réponse au traitement ? Deuxièmement, la présence de ces variants peut prédire la réponse au traitement. ...

· Prédire l'évolution du diabète ? Troisièmement, les personnes qui ces variants de HMGA1 et un diabète de type 2 peuvent suivre une évolution clinique différente de celle des autres patients diabétiques de type 2, dont des différences dans le développement de complications microvasculaires et macrovasculaires.

· De nouveaux traitements ? Quatrièmement, la recherche de nouvelles thérapies pour le diabète de type 2 pourrait inclure des agents qui régulent positivement l'expression de HMGA1.