Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE: Limitation de prise en charge des bandelettes, comment s'adapter?

Actualité publiée il y a 9 années 6 mois 5 jours
Congrès de la SFD

Alors que depuis février 2011, le nombre de bandelettes utilisées pour l’AutoSurveillance Glycémique (ASG) dans la gestion du diabète et prises en charge par l’Assurance maladie est limité à 200 par patient et par an, des spécialistes du diabète, réunis à l’initiative de Lifescan à l’occasion du congrès de la Société Francophone du Diabète (SFD), se sont penchés sur les conséquences de cette limitation, parfois mal accueillie par les professionnels de santé impliqués. Les conclusions qui vont dans le sens de l’intérêt d’une « pratique raisonnée » de l’ASG, montrent qu’il faut mieux s’adapter plutôt réfuter.

LifeScan avait réuni les Prs. Denis Raccah (Marseille) et Emmanuel Cosson (Bondy), et le Dr Agnès Sola-Gazagnes (Paris) sur le thème de la place occupée en 2012 par l'AutoSurveillance Glycémique chez les patients diabétiques de Type 1 ou de Type 2 insulino-traités.


Une pratique quotidienne recommandée de 2 à 4 ASG par jour: La surveillance de la glycémie et en particulier l'AutoSurveillance Glycémique (ASG) font partie intégrante du traitement moderne du diabète, il existe aujourd'hui un consensus en termes d'indications, de modalités et d'objectifs de l'ASG : Ainsi, pour les diabétiques de Type 1 ou de Type 2 sous insulinothérapie intensifiée, la pratique quotidienne d'au moins 4 ASG est recommandée. En cas d'insulinothérapie basale chez le patient diabétique de Type 2, 2 à 4 ASG par jour sont préconisées. Mais en pratique, ces recommandations sont-elles suivies ? La pratique quotidienne de l'ASG reste en réalité assez difficile.

Seuls 35 à 58% des patients suivent les recommandations d'ASG : Pourtant, seuls 58 % des patients atteints de diabète de type 1 déclarent pratiquer au moins 3 contrôles de glycémie chaque jour, alors que 29 % n'en pratiquent que 1 à 2 par jour, et 9 % moins de 1 par jour. Concernant les patients atteints de diabète de type 2 et insulino-traités, seulement 35 % suivent les recommandations officielles en pratiquant plus de 3 contrôles chaque jour (Source Entred 2007). Aussi, malgré des recommandations précises, l'ASG semble demeurer une contrainte importante pour le patient diabétique et de ce fait reste sous-utilisée.

Vers une pratique raisonnée. Pour le patient diabétique de Type 2 non insulino-traité, concerné par la limitation de la prise en charge à 200 bandelettes, 3 études* ont montré que l'utilisation raisonnée de l'ASG en association avec une éducation appropriée permet de faire régresser la maladie grâce à une amélioration du niveau d'HbA1c et une diminution de poids. Malgré les nombreuses réticences exprimées sur les nouvelles dispositions de limitation à 200 bandelettes de lecture glycémique remboursables annuellement, les experts concluent, avec le recul d'un peu plus d'un an, que cette mesure peut présenter un impact positif pour la santé des patients concernés. L'ASG est en effet bénéfique au patient, si pratiquée de façon raisonnée. Pour ce faire, la dispensation par les médecins traitants d'une éducation adaptée et aussi un certain niveau de motivation de la part des patients restent indispensables pour que les résultats obtenus avec l'ASG puissent permettre une prise en charge optimale de la maladie. Toutefois, il est à noter enfin que la limitation aux 200 bandelettes ne s'applique pas lorsque l'insulinothérapie est envisagée à court ou moyen terme.

Autres actualités sur le même thème