Vous recherchez une actualité
Actualités

DYSLIPIDÉMIE chez l'enfant: L'analyse de sang est-elle bien indispensable?

Actualité publiée il y a 7 années 4 semaines 17 heures
Pediatrics

« Vous n'avez pas besoin d'un test sanguin pour savoir si un enfant a besoin de perdre du poids ! », écrivent ces chercheurs de l’Université de Californie San Francisco (UCSF) dans l’édition du 23 juillet de la revue Pediatrics. Condamnant le principe d’une analyse de sang systématique chez les enfants, prôné par les nouvelles lignes directrices américaines de dépistage des dyslipidémies –ou concentration anormalement élevée de de lipides (cholestérol et/ou triglycérides) dans le sang-. Des recommandations bien trop agressives, expliquent ces chercheurs, qui évoquent aussi, l’absence de preuves et les liens d’intérêt des experts à l’origine de ces recommandations.

On ne pèse pas suffisamment les effets nocifs d'un tel examen systématique, explique le Dr Thomas Newman, un des auteurs de l'article. Car les directives en question, basées sur des opinions d'experts, plutôt que sur des données scientifiques solides- indiquent les chercheurs- recommandent des tests sanguins pour tous les enfants. Rédigées par un groupe d'experts du National Heart, Lung and Blood Institute (NHLBI), une filiale des NIH américains, ces nouvelles recommandations ont également été approuvées par l'American Academy of Pediatrics.


Les lignes directrices préconisent le dépistage universel de tous les enfants âgés de 9 à 11 ans naïfs d'analyse des lipides et un dépistage ciblé de 30 à 40% des enfants âgés de 2 à 8 ans et de 12 à 16 ans, pour certains profils lipidiques. Cet appel à une augmentation spectaculaire du dépistage des lipides a le potentiel de transformer des millions d'enfants en bonne santé en patients étiquetés « atteints de dyslipidémie », commentent les Dr Newman, Mark Pletcher et Stephen Hulley, du Département épidémiologie et biostatistique de l'UCSF.

Vous n'avez pas besoin d'un test sanguin pour savoir qui a besoin de perdre du poids : Si le groupe d'experts à l'origine des nouvelles recommandations, a reconnu l'importance des coûts de santé associés, il n'aurait pas suffisamment, selon les auteurs, estimé les inconvénients de ce diagnostic systématique à un si jeune âge et se serait laissé influencer par l'ampleur de l'épidémie d'obésité chez les enfants américains. Une préoccupation qui ne devrait pas conduire à plus d'analyse de laboratoire ajoutent les auteurs. « Vous n'avez pas besoin d'un test sanguin pour savoir qui a besoin de perdre du poids ». Il s'agit plutôt de recommander un régime alimentaire plus sain et la pratique de l'exercice. Par ailleurs, l'exigence de deux analyses à jeun pour 30 à 40% de tous les enfants représente un fardeau particulièrement lourd pour les familles.

En cause des liens d'intérêt ? Les auteurs notent que le président du comité et tous les membres du Comité d'experts présentent, disent-ils « un large assortiment de relations financières avec les laboratoires fabricants d'hypocholestérolémiants… » et demandent d'autres preuves scientifiques justifiant les bénéfices pour la santé, pesant les risques et les coûts des examens proposés, ainsi qu'une validation d'experts sans conflits d'intérêt.

Source: Pediatrics 2012-0481; published ahead of print July 23, 2012, doi:10.1542/peds.2012-0481 Overly Aggressive New Guidelines for Lipid Screening in Children: Evidence of a Broken Process et via UCSF New lipid screening guidelines for children overly aggressive, UCSF researchers say (Visuel © L.Bouvier - Fotolia.com)

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème