Vous recherchez une actualité
Actualités

EBOLA: Un premier modèle de prédiction clinique

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 2 semaines
Annals of Emergency Medicine

Parce que les symptômes initiaux ne sont pas spécifiques au virus Ebola, le diagnostic de la maladie demeure un défi important. C’est un outil de diagnostic de terrain, développé par un praticien de terrain, qui pourrait contribuer à traiter plus rapidement et plus efficacement les patients suspectés d’infection à Ebola. Son modèle, présenté dans les Annals of Emergency Medicine va contribuer à aider les médecins à prendre les bonnes décisions, de prévention ou de traitement.

Ainsi, depuis son apparition en décembre 2013 et à fin mars 2015, l'épidémie Ebola en Afrique de l'Ouest a entraîné 25.213 cas dont 10.460 décès. Dans la dernière semaine, l'Organisation mondiale de la Santé a encore recensé 82 nouveaux cas confirmés d'infection à virus Ebola (vs 79 cas la semaine précédente), suggérant que si le pic épidémique est bien passé, la transmission se poursuit en Guinée et en Sierra Leone.


Le Dr Adam C. Levine, médecin aux Urgences de l'hôpital de Rhode Island et du Miriam Hospital (Providence, US), confronté au virus sur le terrain, au Libéria, il y a quelques mois, a utilisé son expérience sur le terrain pour créer cet outil diagnostic. Son objectif, déterminer le risque chez des patients présentant certains symptômes, d'être effectivement porteurs du virus. Un outil précieux, alors que les premiers symptômes ne sont pas spécifiques à la maladie.

Ce premier modèle de prédiction clinique ou « Ebola prévision Score » est utile pour tous les cas suspects, en attente de confirmation des analyses en laboratoire. Ce score vient « faire la soudure » de l'information, « dans le temps de latence entre un cas suspect et une confirmation ». Il permet de stratifier le risque patient. Les signes prédictifs typiques de la maladie comprennent la fièvre, des nausées / vomissements, la diarrhée, la fatigue, les douleurs abdominales, la perte d'appétit, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des maux de tête, la difficulté à respirer, à avaler, des hoquets, des saignements inexpliqués, et l'exposition à un cas suspect ou confirmé dans les 21 jours précédents. Le modèle de prédiction est basé sur 6 de ces symptômes : Le contact avec un malade, la diarrhée, la perte d'appétit, des douleurs musculaires, des difficultés à avaler et l'absence de douleurs abdominales. Chaque signe est pondéré pour aboutir à un score de risque qui contribue à orienter le clinicien à opter ou non pour l'isolement du patient dans l'attente d'une confirmation biologique.

Un outil précieux d'aide à la décision, sur le terrain : En effet, les enjeux sont importants. Car mettre en isolement un patient l'expose aussi au risque d'exposition. Même choix difficile lorsqu'il s'agit d'inclure un patient dans un essai thérapeutique ou de le placer directement sous traitement. Il s'agit, expliquent les auteurs, de trouver le juste équilibre entre la nécessité de briser la chaîne de transmission et l'impératif éthique de« ne pas nuire » à chaque patient. « Le tout dans le contexte d'une pénurie de ressources sévère ».

Aujourd'hui, l'auteur estime, à partir des données de 382 patients admis en centre de traitement/isolement, que 40% environ sont finalement confirmés positifs. Son « Ebola prévision Score » pourrait donc contribuer à traiter les cas suspects de manière plus adaptée en excluant définitivement l'infection chez une grande partie de ces patients.

Sources: OMS, ECDC

Annals of Emergency Medicine April 03, 2015 DOI: 10.1016/j.annemergmed.2015.03.011 Derivation and Internal Validation of the Ebola Prediction Score for Risk Stratification of Patients With Suspected Ebola Virus Disease

Plus d'études sur Ebola

EBOLA: Détecter et isoler, les clés d'un meilleur contrôle de l'épidémie -

Autres actualités sur le même thème