Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉDUCATION, SANTÉ, MORTALITÉ, pourquoi les disparités se creusent

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 3 jours
American Sociological Review

C’est la question à laquelle s’est attaqué cette équipe de l’Université de Denver (Colorado). Pourquoi les taux de mortalité pour les personnes à plus faible niveau d’éducation restent-ils beaucoup plus élevés que pour leurs homologues plus instruits, malgré une sensibilisation accrue et des efforts pour réduire les disparités en santé. Réponses avec cette étude publiée dans le numéro de décembre de l'American Sociological Review.

Pendant des décennies, les données ont montré que les adultes avec de faibles niveaux d'éducation, ont deux fois plus de risque de décès que les adultes avec un niveau d'éducation supérieur. Le professeur Richard Miech, du département de la Santé et des sciences comportementales de l'Université de Denver et ses collègues voulaient mieux comprendre la persistance de cette triste association.


De nouvelles causes émergent : Les personnes moins éduquées apparaissent plus lentes à réagir aux changements de comportement, constituant ce que les chercheurs appellent « une cible mobile » avec une longueur de retard sur la prévention. Presque pour toutes les causes de décès, le décalage des taux (élevés) de mortalité des personnes à faible niveau d'éducation, se creuse en dépit des progrès accomplis ou entrepris dans la réduction des disparités.

"L'argent, le pouvoir, le prestige, les connaissances et les relations sociales profitent aux personnes à niveau élevé d'éducation et leur permettent de mieux tirer parti des évolutions de santé», déclare Richard Miech.

Si les causes de décès ont changé, les taux eux n'ont pas évolué. "Il y a un siècle, les principales causes de décès étaient la tuberculose, la diarrhée et la pneumonie. Ces causes ont été remplacées par les maladies cardiaques, le cancer, les AVC. Mais, la chose qui n'a pas changé, c'est que les gens avec des niveaux inférieurs d'éducation continuent à subir des taux de mortalité bien plus élevés." Les crises cardiaques, de 1999 à 2007, ont pesé de manière moins importante sur les disparités de mortalité, mais ce progrès a été « compensé » par un nombre croissant de décès par overdose de drogue. Si ces nouveaux maux n'avaient pas émergé, l'étude constate que les disparités de mortalité globale, par l'éducation, seraient d'environ 25% inférieures au niveau actuel.

L'importance de prévenir l'apparition de nouvelles disparités : C'est ce que souligne cette étude, montrant que dès qu'on s'attaque, en matière de disparités liées à l'éducation, à une priorité sanitaire, une nouvelle émerge. Les résultats des efforts de prévention dans la réduction des disparités seront de courte durée si ces efforts ne couvrent pas les nouvelles disparités qui se creusent en rapport avec l'émergence de nouvelles maladies.

Source: American Sociological Association, American Sociological Review via Eurekalert (AAAS) « Study takes aim at education-based death rate disparities » (Visuel Médecins du Monde)

Lire aussi: DISPARITÉS de SANTÉ : Une question de place, pas de race -

Autres actualités sur le même thème