Vous recherchez une actualité
Actualités

ENVIRONNEMENT: Les débris marins du tsunami japonais menacent les côtes U.S.

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 1 semaine
National Oceanic and Atmospheric Administration

Qu’est-ce qui flotte encore ? Quand ces débris atteindront-ils exactement les côtes américaines ? Comment se préparer à gérer ce qu’on ignore encore ? Car ces débris du tsunami qui a dévasté le Japon en mars pourraient atteindre les États-Unis dès cet hiver, selon les prévisions des scientifiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les organismes fédéraux américains sont déjà en pleine réflexion et préparation, les chercheurs de la NOAA travaillent déjà avec l'Agence américaine de protection de l'environnement, l'United States Fish and Wildlife Service et d'autres institutions pour coordonner la collecte de données, prévoir les différents scénarii possibles et les menaces engendrées par l'arrivée de ces débris.


25 millions de tonnes de gravats générées par le Tsunami : Mais on ignore à ce jour combien ont été emporté par les flots. Des morceaux de bateaux, de bâtiments écrasés, de plastique, de métal de toutes formes flottent au large. Mais les vents et les courants océaniques ont dispersé les débris dans l'océan Pacifique Nord, au point où la plupart des débris ne sont plus visibles par satellite. A ce jour, seuls les plus gros débris ont pu être identifiés par l'imagerie par satellite. Les navires sillonant le Pacifique Nord ont rapporté très peu d'observations.

Les modèles informatiques gérés par les chercheurs de la NOAA et l'Université de Hawaï montrent que des débris pourraient s'échouer dans les îles hawaïennes du Nord-Ouest dès cet hiver, arriver à l'approche de la côte Ouest des Etats-Unis et au Canada en 2013, et revenir ensuite vers les îles hawaïennes de 2014 à 2016. Ces modèles sont basés sur la localisation des débris à leur entrée dans l'eau, combinée avec les courants océaniques et la vitesse des vents. Mais les scientifiques avouent ne pouvoir déterminer avec certitude si tous les débris vont s'échouer.

· Le scénario le pire est que des bateaux et des concentrations ingérables de débris lourds s'échouent sur des zones sensibles, causent des dommages aux récifs coralliens voire interfèrent avec la navigation du côté d'Hawaï et le long de la côte ouest américaine.

· Le scénario le plus optimiste prévoit que les débris se brisent, se dispersent et finissent par se dégrader, en épargnant les zones côtières.

Mais les chercheurs assurent que les débris ne vont pas disparaître « comme par enchantement », même dans le meilleur des scénarii. Bref, une question qui aujourd'hui mobilise l'Amérique.

Source: National Oceanic and Atmospheric Administration

Autres actualités sur le même thème