Vous recherchez une actualité
Actualités

ESPÉRANCE de VIE: Moins de gène mTOR et 20% de vie en plus

Actualité publiée il y a 6 années 2 semaines 6 jours
NIH et Cell Reports

En réduisant l'expression de ce seul gène, mTOR, les chercheurs du National Institutes of Health sont parvenus à prolonger la durée de vie moyenne d'un groupe de souris d'environ 20%. L’équivalent de 16 années en plus pour l’Homme. Le gène en question, déjà bien connu pour son rôle dans le métabolisme et l'équilibre énergétique avait déjà été lié à l'augmentation de la durée de vie associée à la restriction calorique.


L'étude détaillée de ces souris révèle que la durée de vie n'est pas prolongée pour tous les tissus et tous les organes à l'identique. La mémoire bénéficierait le plus de cette modification génétique, mais pas les os. Cette voie du vieillissement identifiée n'est donc pas uniforme mais reste néanmoins prometteuse pour guider de nouvelles thérapies pour certaines maladies liées au vieillissement, comme la maladie d'Alzheimer.

L'équivalent de 16 années chez l'Homme : C'est chez des souris qui ne produisent que 25% de la quantité normale de protéine mTOR, soit le minimum nécessaire pour survivre, que la durée de vie moyenne est allongée au plus, atteignant 28 mois pour les mâles et 31,5 mois pour les femelles vs 23 et 26 pour les souris normales. C'est une moyenne, mais c'est également chez ces souris que les durées de vie maximales ont été constatées et décrites comme « parmi les plus longues jamais observées chez les souris, à ce jour ».

Ces souris génétiquement modifiées vieillissent également mieux dans l'ensemble avec des améliorations significatives au niveau de certains organes spécifiques. Elles montrent de meilleures performances dans les tests de mémoire spatiale (labyrinthe) et d'équilibre, suggérant une mémoire et une coordination supérieures à celles de souris normales. Elles présentent également une plus grande force musculaire, mais le « hic » est une plus grande perte osseuse, une plus forte sensibilité aux infections suggérant une détérioration de la fonction immunitaire.

Source: NIH/National Heart, Lung and Blood Institute Single gene change increases mouse lifespan by 20 percent et Cell Reports 29 August 2013 DOI: 10.1016/j.celrep.2013.07.030 Increased Mammalian Lifespan and a Segmental and Tissue-Specific Slowing of Aging after Genetic Reduction of mTOR Expression

Accéder aux dernières actualités sur l'Espérance de vie

Autres actualités sur le même thème