Vous recherchez une actualité
Actualités

ÉVOLUTION: Le regret sexuel, un concept bien différent chez les hommes et chez les femmes

Actualité publiée il y a 5 années 11 mois 3 semaines
Archives of Sexual Behavior

C’est la première étude à porter sur la notion de regret entourant l'activité sexuelle ou « regret sexuel » et sur son rôle possible au cours de l’évolution sur la survie et la reproduction humaines. Cette étude qui nous est livrée par une équipe de psychologues de l'Université de Californie-Los Angeles, dans les Archives of Sexual Behavior révèle un contraste frappant entre les regrets ressentis par les hommes et par les femmes, éclairant ainsi un aspect de l'histoire de l'évolution de la nature humaine.

Les chercheurs montrent comment les émotions humaines telles que le regret peuvent jouer un rôle important dans notre évolution et pour aller droit au fait, que les hommes sont plus susceptibles que les femmes, de regretter de ne pas avoir consommé une liaison possible, alors que les femmes éprouvent plus de remords de s'être engagées dans des liaisons sans lendemain.


D'autres études ont porté sur l'attirance sexuelle entre un homme et une femme et les différents facteurs qui peuvent l'influencer: Comme les hormones, ou certains traits en ce qu'ils peuvent être un indicateur de fertilité, de mêmes origines génétiques, ou encore de caractères récessifs permettant à l'homme de revendiquer sa paternité. D'autres éudes ont suggéré le développement d'une émotion de regret sexuel voire d'anxiété à la suite d'une expérience négative ou sans suite. Aucune étude n'avait encore porté sur un lien possible entre les « pressions » de l'évolution et la différence dans le sentiment de regret sexuel éprouvé par les deux sexes.

Pour les hommes, vu du point de vue de l'histoire de l'évolution, chaque occasion manquée de relations sexuelles avec un nouveau partenaire est un chance perdue de se reproduire, rappelle l'un des auteurs, le Pr Haselton de l'Université d'Austin. Pour les femmes, la reproduction représente un investissement considérable, dont la grossesse, l'allaitement maternel et l'éducation des enfants. Les conséquences d'un rapport sexuel occasionnel sont (ou peuvent) donc être bien plus importantes pour les femmes que pour les hommes. Cela entraîne naturellement une réaction émotionnelle beaucoup plus forte, chez la femme, au rapport sexuel.

Ceci étant dit, les auteurs ont mené plusieurs expériences pour appréhender la notion de regret sexuel, chez des participants, hommes et femmes.

· Dans la première expérience, 200 répondants ont évalué des scénarios hypothétiques dans lesquelles une personne regrettait ou non d'avoir « saisi » l'occasion d'avoir des relations sexuelles. Les participants devaient évaluer leurs remords sur une échelle en 5 points.

· Dans une seconde expérience, 395 participants ont reçu une liste de situations à regret sexuel et ont été invités à indiquer celles qu'ils avaient personnellement vécues.

· Une dernière expérience reproduisait la seconde sur un plus grand échantillon de 24.230 participants hétérosexuels, homosexuels et bisexuels.

L'analyse constate que,

- Les 3 premiers regrets les plus courants pour les femmes sont

o la perte de leur virginité pour le « mauvais » partenaire : 24%,

o d'avoir trompé un partenaire ou un « ex » : 23%,

o d'avoir précipité les relations sexuelles : 20%.

- les hommes ont des regrets bien différents :

o avoir été trop timide pour faire un geste ou un pas vers un partenaire sexuel possible : 27%,

o ne pas avoir connu plus d'aventures sexuelles étant jeune : 23%,

o ne pas être sexuellement plus aventureux durant les jours de célibat : 19%

- 17% des femmes vs 10% des hommes ont déjà regretté d'avoir eu des rapports sexuels avec un partenaire qui n'était pas physiquement attrayant.

- Les femmes regrettent plus souvent « le sexe » occasionnel que les hommes, même si, dans la réalité 56% d'entre elles -le même pourcentage que chez les hommes- s'y sont déjà engagées.

- Au sein des homosexuels ou des bisexuels, ces mêmes différences hommes/femmes sont retrouvées à l'identique et les femmes ont tendance à regretter l'activité sexuelle occasionnelle plus que les hommes.

Les auteurs concluent avec le sourire qu'évidemment le regret suit l'acte et qu'il est un peu tard, cependant, ce qui reste fascinant, avec ces résultats, c'est que ces réactions émotionnelles d'aujourd'hui semblent toujours répondre, malgré les progrès sociaux, aux contraintes de reproduction du passé.

Source: Archives of Sexual Behaviour October 2013 10.1007/s10508-012-0019-3 Sexual Regret: Evidence for Evolved Sex Differences (Visuel Fotolia)

Lire aussi: SEXUALITÉ: Infidélité masculine, pulsion ou manque self-control ? -

Autres actualités sur le même thème