Actualités

FIV : Le stress et l'anxiété, pas d'effet négatif sur la fertilité

Actualité publiée il y a 11 années 3 mois 4 semaines
British Medical Journal

Le stress ou l’anxiété n'affecteraient pas les chances de concevoir pour les femmes qui suivent un traitement de fertilité, dans le cadre d’une FIV. Des conclusions qui vont pouvoir rassurer les femmes et les médecins qui les suivent, sur l’absence absolue d’impact de la détresse émotionnelle face aux troubles de la fertilité ou à d'autres événements de la vie, sur les chances de succès de leur entreprise. Des conclusions rassurantes, d’autant qu’elles sont publiées dans le très sérieux British Medical Journal.

Cette méta-analyse, menée par des chercheurs de l'Université de Cardiff et de l'Université de Thessalonique (Grèce), a couvert 14 études menées sur 3.583 femmes de 10 pays différents. Les résultats suggèrent que les femmes qui sont tombées enceintes à l'issue d'un cycle de traitement ont des niveaux d'anxiété ou de dépression semblables à ceux des femmes qui n'ont pas pu tomber enceintes.


Toute la littérature de 1985 à 2010 : Les chercheurs ont effectué une recherche dans les bases de données médicales de 1985 à 2010 et se sont intéressés aux études qui examinaient si le niveau de détresse émotionnelle (anxiété ou dépression) avant un traitement de fertilité, modifiait la probabilité de tomber enceinte. Pourêtre prise en compte dans l'analyse, les études devaient évaluer le résultat d'un cycle de procréation médicalement assistée (fécondation in vitro, injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ou transfert de gamètes intra-utérin).

D'autres facteurs ? Les chercheurs ont également cherché à déterminer si les patientes enceintes et non enceintes dans chaque étude étaient exposées à d'autres facteurs qui pouvaient influer sur leurs chances de concevoir, tels que l'âge de la grossesse, des tentatives antérieures de PMA, les naissances précédentes ou la durée constatée de l'infertilité. La mesure la plus couramment utilisée de détresse émotionnelle était l'échelle de Spielberger (Spielberger state-trait anxiety inventory).

Les chercheurs constatent que la détresse émotionnelle avant le traitement n'est pas associée à l'issue de la FIV après un seul cycle de procréation assistée. La consolidation des résultats démontre que les femmes qui sont tombées enceintes n'ont pas significativement de différence significative d'anxiété ou de dépression.

Les chercheurs concluent que les résultats de leur méta-analyse peuvent rassurer les femmes en cours de traitement et …leurs médecins.

Source: BMJ 2011; 342: d223 “Emotional distress in infertile women and failure of assisted reproductive technologies: meta-analysis of prospective psychosocial studies. “, traduction, adaptation, mise en ligne, Claire Tancrède, Santé log, le 28 février 2011

Accéder aux dernières actualités sur la FIV, à l'Espace Santé de la Femme