Vous recherchez une actualité
Actualités

FRACTURE du TIBIA : Du retard de consolidation associé au tabac

Actualité publiée il y a 2 années 2 mois 3 semaines
Journal of Orthopaedic Trauma
ependant, dans 10% à 15% des cas, l'os ne cicatrise pas rapidement, ce qui entraîne un retard de consolidation.

Fumer est associé à une cicatrisation retardée en cas de fracture du tibia, rappelle cette analyse d’une équipe de Pennsylvanie des données de plus de mille patients ayant subi une fracture du tibia et suivis sur une période de 20 ans. Les conclusions présentées dans le Journal of Orthopaedic Trauma révèlent un risque accru de retard de consolidation des os chez les fumeurs.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Chez les adultes, les fractures du tibia sont généralement fixées par implantation chirurgicale d'une tige de métal mince appelée clou intramédullaire, dans l'espace creux de l'os. Ce traitement est généralement efficace pour les fractures tibiales. Cependant, dans 10% à 15% des cas, l'os ne cicatrise pas rapidement, ce qui entraîne un retard de consolidation.

 

Les chercheurs de l’Université de Lehigh ont suivi 1.003 patients ayant subi une fracture tibiale sur une période de 20 ans. Leur analyse révèle 12 cas de non-consolidation ou arrêt de la guérison. Des cas considérés comme une complication sévère dans la guérison d'une fracture, avec des conséquences majeures. Les patients qui présentent une pseudarthrose peuvent ressentir la douleur, suivre un traitement prolongé d’opioïdes, voire une dépression. Seulement environ 60% des patients pourront reprendre leur travail.

  • Le principal résultat (conforme à ceux de précédentes études) est que

 

le tabagisme retarde considérablement la cicatrisation osseuse.

  • Autre résultat surprenant, les femmes plutôt jeunes, âgées de 30 à 49 ans, semblent être à risque accru de non-consolidation. Une conclusion sans explication biologique évidente mais qui suggère qu'il existe d'autres facteurs dont le mode et l’environnement de vie, l'emploi, les niveaux d’exercice et l’alimentation qui contribuent également à la guérison osseuse.

 

 

Nous connaissons tous certains des effets négatifs du tabagisme, mais son effet néfaste sur la guérison osseuse est moins connu. L’étude souhaite donc sensibiliser les patients victimes de fractures à l’arrêt du tabac, afin de réduire le risque de complications liées à leur fracture.

« Le tabagisme n'augmente pas le risque de pseudarthrose, mais prolonge significativement le temps de consolidation osseuse ».

Autres actualités sur le même thème