Vous recherchez une actualité
Actualités

GAIN de POIDS même modéré entre 2 grossesses, risque de décès augmenté pour le bébé

Actualité publiée il y a 3 années 9 mois 2 semaines
The Lancet

L’excès de poids maternel, à la conception et durant la grossesse entraîne des risques pour l’Enfant : le surpoids à la conception ou une prise de poids excessive durant la grossesse ont en effet déjà été associés à de multiples risques pour la mère et pour l’enfant. Pourtant la réalité épidémiologique est toute autre : plus de 20% des femmes sont en surpoids avant leur grossesse et seules 33% des grossesses sont « dans la norme ». Cette étude, publiée dans le Lancet révèle, à son tour, tous les risques pour le bébé à naître en cas de gain de poids excessif de la mère, entre 2 grossesses. Une situation à risque fréquente alors que près de 20% des femmes prennent, entre 2 grossesses, suffisamment de poids pour accroître le risque de mortinatalité de leur bébé de 30 à 50%.

La prévalence de l'obésité chez les femmes est en augmentation, chez les femmes enceintes aussi, et de nombreuses études ont montré que, non seulement le juste poids de la mère fait le juste poids de l'enfant, que la prise de poids de la mère durant la grossesse devrait être adaptée à son IMC, mais l'excès de poids pendant la grossesse est également associé à un risque accru de complications pour la mère et l'enfant, au risque d'obésité pour l'enfant. Cette nouvelle étude révèle les risques associés, spécifiques à une prise de poids excessive entre 2 grossesses, pour l'enfant à naître.


Les chercheurs du Karolinska Institutet (Suède) ont travaillé à partir des données de naissance du Registre médical suédois portant sur 450.000 femmes ayant donné naissance à un premier puis un deuxième enfant. L'objectif était de déterminer les effets d'un changement d'indice de masse corporelle de la mère (IMC) entre les première et deuxième grossesses sur le risque de mortinaissance (mort fœtale à 28 semaines ou plus) et de mortalité infantile (décès dans la première année de vie). Les causes de décès prises en compte comprenaient les anomalies congénitales, l'asphyxie à la naissance, les infections néonatales et le syndrome de mort inattendue du nourrisson. Les fateurs de confusion (âge maternel, niveau d'éducation, tabagisme), ont été pris en compte.

L'analyse constate que,

· les bébés de mères qui ont pris plus de 4 point d'IMC soit l'équivalent, pour une taille moyenne, de 11 kg entre leurs 2 grossesses ont un risque accru de 50% de décès au cours des 4 premières semaines de vie (vs poids maternel stable).

· chez les mères à IMC normal au cours de la première grossesse, le risque de mortalité infantile augmente avec le gain de poids : ce risque de mortalité infantile est accru

· de 27% pour les mères qui ont pris entre 2 et 4 points d'IMC (soit environ 6 à 11 kg),

· de 60% avec 4 points d'IMC ou plus (11 kg ou plus).

· Chez les mères en surpoids qui ont perdu au moins 6 kg avant leur deuxième grossesse, le risque de décès néonatal est réduit de 50%.

Ø Ainsi, même les mères de poids santé lors de leur première grossesse qui gagnent même une quantité modérée de poids (environ 6 kg) entre leurs première et deuxième grossesses augmentent le risque de décès pour leur bébé dans sa première année de vie.

Ø Le risque augmente avec la prise de poids entre les 2 grossesses.

Ø La perte de poids entre les grossesses réduit le risque de décès néonatal.

Des implications primordiales en santé publique, alors que :

Ø près de 20% des femmes prennent suffisamment de poids entre 2 grossesses pour augmenter le risque de mortinatalité de 30 à 50%, et de décès durant la première année de vie, de 27 à 60%.

En pleine épidémie d'obésité, ces résultats soulignent l'importance d'éduquer les femmes sur le maintien d'un poids santé avant, pendant et entre les grossesses. La survie de l'enfant en dépend.

Sources: The Lancet 02 December 2015

DOI: 10.1016/S0140-6736(15)00990-3 Weight change between successive pregnancies and risks of stillbirth and infant mortality: a nationwide cohort study

DOI: 10.1016/S0140-6736(15)01089-2 Interpregnancy weight gain—a modifiable cause of stillbirth?

Lire aussi: GROSSESSE: La prise de poids au premier, impacte les naissances suivantes

GROSSESSE: Seule une femme sur 3 prend le bon poids

GROSSESSE, PRISE de POIDS et OBÉSITÉ: Mieux informer, mieux dépister -

Autres actualités sur le même thème