Vous recherchez une actualité
Actualités

GÉNÉTIQUE et ÉMOTIONS: LOL, le rire ne tient qu'à l'allèle

Actualité publiée il y a 3 années 8 mois 3 semaines
Emotion

Il y a des familles "LOL", et d’autres moins. Pour cause, le rire a aussi ses facteurs génétiques. Ainsi, le gène 5-HTTLPR qui régule la sérotonine, le neurotransmetteur impliqué dans la dépression et l'anxiété, est

· en version « allèle court » associé à une expression émotionnelle plus positive et au sourire…


· en version « allèle long », à des émotions plus négatives.

Cette étude, publiée dans la revue Emotion, de l'American Psychological Association suggère que des gènes spécifiques puissent jouer le rôle d'interrupteurs pour toute une gamme d'émotions humaines.

Ces chercheurs de la Northwestern se sont posé la question : pourquoi certaines personnes éclatent de rire après un moment d'humour, tandis que d'autres restent « pinces sans rire » ? Leur recherche sur ces différences de réactivité émotionnelle suggère que la réponse est peut-être dans l'ADN. Même si, le gène n'a pas forcément « le dernier mot » et qu'une émotion reste la réponse à une interaction entre nature et culture, génétique et environnement.

Leur étude montre cependant que les personnes porteuses d'une variante génétique, soit 5-HTTLPR à allèles courts, sourient ou rient plus facilement qu'en cas d'allèles longs. Il se trouve que le gène 5-HTTLPR, qui régule la sérotonine, a déjà été associé aux troubles anxieux, dont la dépression, l'anxiété et l'abus de substances.

L'étude combine 3 expériences menées par différents laboratoires de Berkeley.

· Dans la première, de jeunes adultes ont visionné des dessins animés,

· Dans la seconde, des adultes jeunes, d'âge moyen et plus âgés ont regardé un clip subtilement comique du film "Strangers in Paradise".

· Dans la troisième, des conjoints d'âge moyen et plus âgés ont été invités à discuter d'un sujet de désaccord dans leur couple.

Les 336 participants étaient filmés au cours de ces expériences et en quelque sorte « décodés » par un «Facial Action Coding System», qui analyse tous les petits mouvements du visage et est capable de reconnaître un vrai rire ou sourire d'une expression feinte. Enfin, les chercheurs ont recueilli des échantillons de salive pour analyser les versions du gène 5-HTTLPR. L'analyse de toutes ces données montre que,

- les personnes ayant l'allèle court de 5-HTTLPR ont globalement une expression émotionnelle plus positive et affichent plus souvent un sourire authentique.

Les chercheurs montrent que l'allèle court amplifie les réactions émotionnelles, à la fois en cas de « bons » et de « mauvais » environnements ;

concrètement, les personnes avec des allèles courts de 5-HTTLPR peuvent s'épanouir plus facilement dans un environnement positif mais aussi souffrir dans un environnement moins favorable.

- Les personnes porteuses d'allèles longs du gène sont moins sensibles aux conditions environnementales.

Des familles "LOL" et d'autres pas: Alors que chaque gène a 2 allèles, un allèle de la maman et un allèle du père, l'étude contribue à expliquer qu'il existe des familles où l'on « rigole » plus que d'autres. Les auteurs suggèrent que de nombreuses émotions seraient ainsi « génétiquement » conduites. Cependant, ils ajoutent que le profil génétique ne fait pas tout, et l'émotion reste, en fin de compte, une interaction complexe entre la nature et l'acquis.

Source: Emotion Jun 1 , 2015 Short Alleles, Bigger Smiles? The Effect of 5-HTTLPR on Positive Emotional Expressions.

Lire aussi: NEURO: Joie, dérision, humour, chaque rire a son circuit neuronal -