Actualités

GRIPPE AVIAIRE H5N1 : 2 nouveaux cas humains déclarés en Egypte - bilan à fin 2010

Actualité publiée il y a 11 années 5 mois 3 semaines
OMS

Le ministère égyptien de la Santé annonçait, au 29 décembre, 2 nouveaux cas d'infection humaine par le virus H5N1. Où en est-on à fin 2010 ? Existe-t-il un vaccin pour cette forme de grippe ? Une pandémie serait-elle possible ? En Egypte, c’est une femme de 28 ans qui a développé les symptômes le 12 décembre, puis a été hospitalisée, le 14, puis est sortie le 22 en bon état de santé. Elle avait eu des antécédents d'exposition dans un marché à volailles, précisent les autorités sanitaire égyptiennes. Le second cas récent est une fillette de 11 ans qui a développé les premiers symptômes le 18 décembre, a été hospitalisée le 19 et, après ventilation mécanique respiratoire est décédée le 23 décembre. Des enquêtes sur la source de l'infection sont en cours. Les tests de laboratoire ont confirmé la présence du virus H5N1. Sur les 115 cas confirmés jusqu'ici en Égypte, 38 ont été mortels, soit un taux de mortalité de 30%.

Un petit nombre de cas humains mais un taux de mortalité élevé de 60% : C'est en 1996 que le virus hautement pathogène H5N1 est isolé sur une oie d'élevage en Chine. En 1997, les premières infections humaines par la grippe aviaire sont signalées à Hong Kong. Au total, 18 cas dont 6 mortels, sont alors rapportés. En Thaïlande en 2004, une première probable propagation d'humain à humain de la grippe A/H5N1 est recensée dans une famille, puis au Vietnam, un cas mortel chez un enfant. A ce jour, l'OMS a signalé des cas humains de grippe aviaire A/H5N1 en Asie, en Afrique, dans le Pacifique, en Europe et au Proche-Orient. L'Indonésie et le Vietnam ont signalé le plus grand nombre de cas de H5N1 à ce jour. La mortalité globale des cas déclarés de H5N1 est d'environ 60% : Sur un total de 512 cas recensés, 304 ont conduit au décès (Cliquer pour accéder au cumul du nombre de cas par pays). La majorité des cas sont survenus chez les enfants et les adultes âgés de moins de 40 ans. La mortalité était plus élevée dans les cas âgés de 10-19 ans.


Vers le développement d'un vaccin ? Un nouveau vaccin anti H5N1 a été développé en 2009 par le Centre collaborateur OMS de lutte contre la grippe et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à partir de la souche « égyptienne » A/Egypt/2321-NAMRU3/2007. C'est un vaccin recombinant -qui utilise donc une combinaison génétique avec donc des propriétés d'innocuité et d'efficacité-. Il est disponible pour la distribution mais ne le serait pas en quantité suffisante en cas de pandémie. Il est disponible, sur demande des Etats membres via l'OMS.

Quel risque en cette fin 2010 ? Le risque de grippe pandémique reste important. Le virus H5N1 étant désormais bien implanté dans de grandes parties de l'Asie, le risque que de nouveaux cas humains se produisent persiste. Chaque nouveau cas humain donne au virus l'occasion d'améliorer sa transmissibilité aux humains, et de se développer ainsi en une souche pandémique. La récente propagation du virus aux volailles et les oiseaux sauvages de nouvelles régions augmente aussi le nombre des possibilités de cas humains. Bien que ni le moment ni la gravité de la prochaine pandémie ne puisse être prédits, la probabilité d'une pandémie augmente…selon l'OMS.