Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE: L'altérophilie pratiquée raisonnablement peut éviter le mal de dos

Actualité publiée il y a 10 années 1 mois 3 semaines
Journal of Physical Activity and Health

En tous cas pratiquée sous surveillance et avec une intensité faible à modérée par des femmes à grossesse à faible risque. Malgré des décennies de réticence des médecins à recommander aux femmes enceintes de poursuivre ou pratiquer ce sport de force, cette nouvelle étude de l'Université de Géorgie, financée par les NIH, conclut qu’un programme d’intensité faible à modérée est plutôt bénéfique pour éviter les maux de dos et sans danger. Des conclusions qui vont à nouveau dans le sens d’un exercice régulier durant la grossesse, sont publiées dans l’édition de mars du Journal of Physical Activity and Health.

Cette étude a mesuré la progression des performances, les variations de pression artérielle au repos et les effets secondaires indésirables de la pratique de l'haltérophilie chez 32 femmes enceintes durant une période de 12 semaines. Après un total de 618 séances, aucune des femmes enceintes participant à l'étude n'a connu la moindre lésion musculo-squelettique et leur grossesse a poursuivi un développement normal.


«Les médecins ont souvent été réticents à prescrire l'haltérophilie, pour manque de preuve d'efficacité et de sécurité", explique le Dr. Patrick O'Connor, chercheur au service de Kinésithérapie de l'Iuniversité de Géorgie."La conclusion qui s'impose à l'issue de cette étude est que la poursuite ou la pratique surveillée et d'intensité faible à modérée de ce sport de force est absolument sans danger pour les femmes présentant une grossesse à faible risque."

Les 32 femmes participants à cette petite étude ont réalisé une série de 6 exercices deux fois par semaine sollicitant des muscles ciblés pour leur rôle important dans le mal de dos et la mobilité. Le groupe a augmenté la quantité de poids soulevée en moyenne de 36% au cours de la période de 12 semaines. «Ces données montrent que les femmes peuvent accroître leur performance, même si elles sont enceintes et n'ont jamais pratiqué la musculation avant," commente le Dr. O'Connor.

Cette hormone appelée relaxine: Si les médecins sont réticents à autoriser l'haltérophilie et plus largement la musculation aux femmes enceintes est la production en grandes quantités d'une hormone appelée relaxine, qui rend le tissu conjonctif plus relâché, et augmente la probabilité à donner naissance, explique le médecin. “Cette recherche a porté sur des exercices d'intensité faible à modérée pour éviter les conséquences associées à l'augmentation du niveau de relaxine”.

Pas d'impact sur la tension: Les chercheurs ont également suivi la tension artérielle au cours de l'étude. «Nous voulions voir si un programme d'haltérophilie abaisserait la tension artérielle, ce qui serait bénéfique, ou s'il ferait augmenter la pression artérielle, ce qui serait une préoccupation sérieuse pour une femme enceinte”, mais les chercheurs n'ont observé aucun changement chez les 32 femmes enceintes après chaque séance ou à l'issue du programme de 12 semaines. "Ainsi, le programme de musculation n'était ni bon ni mauvais pour la tension artérielle”.

Conclusion, un programme de musculation contrôlé peut aider à réduire les maux de dos chez les femmes enceintes.