Actualités

GROSSESSE: Les antioxydants préviennent l'obésité et le diabète de la descendance

Actualité publiée il y a 11 années 3 mois 2 semaines
Diabetes

Sur l’animal, en tous cas, selon cette étude menée par le Children's Hospital de Philadelphie qui met en lumière l'influence prénatale des régimes riches en matières grasses et précise les effets du régime alimentaire de la mère pendant la grossesse sur le développement de l'obésité chez ses enfants. Ainsi, un régime alimentaire à haute teneur en graisses et riche en hydrates de carbone entraînerait un stress oxydatif - un excès de radicaux libres délétères - pendant la grossesse, prédisposant les enfants à l'obésité et au diabète. Sur l’animal, une alimentation riche en antioxydants avant et pendant la grossesse empêcherait le développement pour la progéniture, de l'obésité et de l'intolérance au glucose. Des conclusions publiées dans l’édition de décembre 2010 de la revue Diabetes.

Si les résultats chez les animaux se révélaient être similaires chez les humains, cette recherche pourrait avoir des implications pour la lutte contre l'obésité infantile. «Nous savons déjà qu'il existe des périodes critiques au cours du développement chez l'Homme, qui influencent le développement ultérieur de l'obésité», explique l'auteur principal, le Dr Rebecca A. Simmons, spécialiste en néonatologie à l'Hôpital pour enfants de Philadelphie. «Cette étude suggère que si nous pouvons prévenir l'inflammation et le stress oxydatif pendant la grossesse, nous pouvons réduire le risque d'obésité."


Le stress oxydatif est un état dans lequel les quantités de molécules instables (radicaux libres et autres composés) contenant de l'oxygène dépassent la capacité du corps à contrôler leurs dommages aux cellules biologiques. Il est déjà connu que l'obésité contribue au stress oxydatif, en particulier, en causant une inflammation. En outre, l'obésité pendant la grossesse crée un environnement métabolique anormal pour le développement du fœtus.

Cette étude a testé l'hypothèse qu'un régime alimentaire riche en graisses pendant la grossesse augmente le stress oxydatif et conduit, sur l'animal, à l'obésité de la progéniture et, a contrario qu'en complétant l'alimentation des animaux avec des antioxydants on parvenait alors à prévenir l'obésité. Les chercheurs ont testé une alimentation riche en graisses sur un groupe de rats, par rapport à un groupe témoin nourri avec un régime plus équilibré. Dans deux autres groupes, régime riche en graisses et régime de contrôle, les chercheurs ont ajouté des vitamines antioxydantes.

Résultats :

· Les petits du groupe “régime riche en graisse” présentent des mesures significativement plus élevées d'inflammation et de stress oxydatif, dès les 2 premières semaines de vie, sont significativement plus gros, avec une moindre tolérance au glucose par rapport aux rats témoins.

· Les petits du groupe “régime riche en graisse + antioxydants” ont un stress oxydatif significativement plus faible, ne présentent pas d'obésité et une tolérance au glucose nettement meilleure.

· Les effets persistent à l'âge de deux mois.

Des résultats qui suggèrent que si l'on souhaite prévenir l'obésité, l'inflammation et le stress oxydatif, en tous cas chez l'animal, un régime riche en antioxydants est le bienvenu.

Reste tout de même à déterminer les mécanismes par lesquels l'inflammation et le stress oxydatif entrainent le développement des tissus et à confirmer la validité de ces résultats chez la Femme.