Actualités

GROSSESSE: L'exercice physique bon pour le coeur de l'enfant même après la naissance

Actualité publiée il y a 11 années 2 mois 3 semaines
Experimental Biology 2011

“Le travail de l’amour” ou “The labor of love”, titre cette étude de l’Université de Kansas City présentée au Congrès annuel Experimental Biology à Washington, qui montre que la pratique régulière d’une activité physique durant la grossesse est aussi bon pour le coeur du bébé que celui de la mère car il permet de diminuer le rythme cardiaque du fœtus un effet qui persiste environ un mois après la naissance. Et une fréquence cardiaque peu élevée du bébé est un signe de bonne santé.

L'étude va jusqu'à suggérer que l'exercice pendant la grossesse pourrait être la première mesure à adopter par la mère pour optimiser la santé cardiovasculaire de son enfant, après la naissance.


Des études ont déjà signalé il y a quelques années que l'exercice renforce le contrôle cardiaque du fœtus, un effet pris en considération par de nombreuses femmes enceintes qui se sont inscrites à des séances de yoga. D'autres femmes ont trouvé de nouvelles façons d'intégrer des activités physiques à faible impact dans leur vie quotidienne. Mais cette étude va plus loin et conclut que l'exercice pendant la grossesse améliore aussi la santé cardiaque de l'enfant après la naissance.

Appliquer “les bonnes résolutions” pour l'enfant dès la grossesse: "J'espère que ces résultats montreront que les mesures de prévention doivent débuter au cours de la grossesse plutôt que dans l'enfance», explique Linda E. Mai, physiologiste à l'Université de Kansas City, une expert du développement cardiaque fœtal. «La plupart de l'attention est portée aujourd'hui sur les enfants d'âge scolaire, mais les interventions devraient être débutées bien avant."

Cette étude pilote menée sur 61 femmes enceintes révèle ainsi que les femmes enceintes qui ont exercé au moins 30 minutes d'exercice physique trois fois par semaine avaient des fœtus ayant un rythme cardiaque moins élevé- un signe de santé cardiaque- au cours des dernières semaines de grossesse et qu'un meilleur contrôle cardio-vasculaire était maintenu un mois après la naissance de l'enfant.

Il reste à vérifier, disent les auteurs, si ces bénéfices cardiaques pour l'enfant perdurent au-delà du premier mois de vie et conduisent finalement à un risque réduit de maladies cardio-vasculaires plus tard dans la vie de l'enfant.