Vous recherchez une actualité
Actualités

HANTAVIRUS: La DGS adresse un message urgent aux professionnels de santé

Actualité publiée il y a 9 années 1 mois 2 semaines
DGS

La Direction générale de la Santé (DGS) adresse au 3 septembre, un message aux professionnels de santé concernant les touristes ayant résidé au Curry Village du Parc national de Yosemite (USA, Californie) entre le 10 juin et le 24 aout 2012, et qui ont pu être pu être exposés à l’hantavirus au contact de rongeurs. Au 27 août, le National Park Service avait annoncé 3 cas confirmés et 1 cas probable de syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH) parmi les visiteurs ayant séjourné au Parc depuis le mois de juin. La DGS propose aux médecins, face à un cas suspect, une éventuelle hospitalisation du patient, pour bilan et surveillance. La plupart de ces personnes ont déjà été contactées directement par les autorités sanitaires américaines et françaises, précise la DGS mais une attention particulière doit être portée en cas de symptômes pour les personnes ayant séjourné dans cette zone spécifique dans les 6 semaines ayant précédé le début des signes.

Les symptômes ? Ils ressemblent à ceux de la grippe : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, frissons, associés à des nausées, détresse respiratoire, hypotension… L'infection à hantavirus via un contact avec l'urine, la salive ou les excréments de rongeurs sauvages infecté, entraîne différentes maladies, dont cette maladie pulmonaire rare, mais grave, le syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH-visuel gauche), mortel dans 35% des cas. Les symptômes du SPH se manifestent de 1 à 6 semaines après l'exposition. Aucune transmission d'homme à homme n'a encore été documentée.


Depuis 1003, première identification du virus, 602 cas de SPH ont été rapportés aux Etats-Unis.

Il n'existe aucun vaccin, traitement ou remède spécifique contre l'infection à hantavirus, mais une prise en charge médicale adaptée permet le rétablissement du patient. Les précautions simples pour diminuer le risque d'infection consistent à éviter les contacts directs avec les rongeurs, vivants ou morts, ou leurs excrétions ou leurs nids et de lutter contre leur présence, et tout particulièrement, bien évidemment, dans les habitations.

Autres actualités sur le même thème