Vous recherchez une actualité
Actualités

Hausse du prix du TABAC: Ce que ça va changer ou pas

Actualité publiée il y a 8 années 4 semaines 1 jour
Fiscalité et prévention

11 milliards sur un an, c'est ce que rapportent les taxes sur le tabac. 90 millions d’euros de recettes supplémentaires attendues pour la Sécurité sociale en 2011 et 600 millions d’euros en 2012, c’est ce que devrait rapporter la hausse de 6% appliquée dès ce 17 octobre aux cigarettes et celle de 9% appliquée au tabac à rouler. Mais sur quelle base de consommation? Car la hausse du prix du tabac en France, jusque-là n’a pas entrainé de baisse de consommation et la France reste, avec environ 30 % de fumeurs réguliers, loin de l’objectif d’une prévalence à 20 %, tel que défini par l’OMS pour la région Europe.

Après une hausse récente de 4% en début d'année, cette hausse de 6 % de ce mois d'octobre sera suivie, c'est déjà planifié dans les mesures de réduction du déficit public, d'une nouvelle hausse en 2012.


Prix du tabac à la hausse, consommation en baisse ? Selon l'OMS, le moyen le plus efficace de diminuer la consommation de tabac est d'augmenter le prix du tabac et des produits du tabac en majorant les taxes. L'OMS donne l'exemple de l'Afrique du Sud qui a vu, avec l'augmentation des taxes, s'effondrer le taux de consommation du tabac chez les jeunes et les plus démunis. Selon l'Organisation, lorsque les prix du tabac augmentent, le nombre de consommateurs diminue, les fumeurs restreignent leur consommation, les fumeurs repentis sont moins disposés à reprendre et les jeunes sont moins enclins à commencer.

Ainsi, dans les pays à revenu élevé, on estime qu'une augmentation de 10 % des prix du tabac va réduire la consommation d'environ 4 %.

Cependant ces mesures ne peuvent être prises de manière isolée pour avoir un véritable impact sur la consommation. Lutter contre la contrebande est simultanément nécessaire.

Et en France? Alors que les prix ont augmenté de 5,4% par rapport à août 2010, les ventes de cigarettes ont poursuivi leur progression : +2,2% en volume (août 2011 vs août 2010). Le dernier Baromètre Santé publié par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES-oct 2010) décrit une augmentation de la part des fumeurs quotidiens, en particulier chez les femmes et les chômeurs, mais d'une légère baisse du nombre de cigarettes fumées quotidiennement. On peut donc espérer la poursuite de la baisse de la consommation quotidienne. En revanche, les ventes de produits d'aide au sevrage tabagique diminuent, crise oblige.

Et les jeunes? Et, depuis 2010, malgré plusieurs vagues d'augmentation des prix, on voit une hausse de la consommation quotidienne des jeunes avec des taux qui atteignent 38 à 42% des 20- 25 ans. Mi-août dernier, le gouvernement a renforcé les mesures de prévention pour les jeunes, avec, entre autres, le relèvement à 18 ans de l'âge d'interdiction de vente de produits du tabac ou encore interdiction d'implantation de lieux de vente de tabac dans une liste de zones protégées à proximité des établissements scolaires. La hausse du prix de 6 % pourrait contribuer, avec l'ensemble de ces mesures, à dissuader des jeunes de commencer.

Curieusement, en dehors des informations publiées par l'OMS, les données sur l'impact des hausses de prix sur la consommation sont rares et la crise qui influence les comportements apporte un éclairage particulier à ces récentes mesures.

Autres actualités sur le même thème