Vous recherchez une actualité
Actualités

HTA et AVC: 29 variants génétiques responsables identifiés

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 1 semaine
Nature

Un consortium de plus de 230 chercheurs dont des scientifiques du Johns Hopkins viennent de découvrir 29 variations génétiques associées au risque d’hypertension artérielle (HTA), d'AVC et autres maladies cardiovasculaires. Des résultats primordiaux pour la compréhension de l’HTA, publiés dans l’édition en ligne du 10 septembre de la revue Nature et qui ouvrent l’espoir de meilleures thérapies.

C'est une étude portant sur plus de 200.000 personnes dans le monde qui a permis l'identification 29 variations de la séquence ADN du génome humain, qui influencent notre tension artérielle. Ces variations génétiques sont associées à des altérations de la tension artérielle, liés aux maladies cardiaques et accidents vasculaires cérébraux, selon cette recherche menée par un consortium de plus de 230 scientifiques dont une équipe du Johns Hopkins. Parmi les conclusions, des variantes génétiques communes associées à l'hypertension dans les populations européennes et fréquemment identifiées dans les populations à ascendances asiatiques et africaines.


«Un score de risque génétique qui additionne les effets de toutes ces variantes montre que plus un individu a un score élevé, plus élevé est son risque d'hypertension, d'épaisseur ventriculaire gauche, d'AVC et de maladie coronarienne», explique le Pr. Aravinda Chakravarti, l'un des auteurs principaux, professeur de médecine, de pédiatrie et de biologie moléculaire et génétique à l'Institut McKusick-Nathans à la Johns Hopkins.

Un effort de recherche colossal sur les maladies cardio : Avec plus d'un milliard de personnes hypertendues dans le monde, même de petites élévations de la tension artérielle sont associées à des risques supplémentaires de maladies cardiovasculaires. Bien qu'il soit généralement connu que l'hypertension ait une composante familiale, les mécanismes de régulation génétiques de la tension artérielle ont été difficiles à cerner. L'auteur attribue la récente vague de découvertes en génétique soit plus de 300 gènes au total, liés aux maladies cardiovasculaires aux efforts collectifs énormes déployés sur des grandes études prospectives innovantes telles que la Framingham Heart Study, commencée en 1948, la Cardiovascular Heath Study, commencée en 1989, et l'Atherosclerosis Risk in Communities Studu (ARIC), commencée en 1987. «Trop souvent, les gens se demandent comment ces études de long terme pourront faire quelque chose pour eux», explique le Pr. Chakravarti, « Sans ces études, ces « prouesses génétiques » seraient impossibles."

«La tension artérielle est fonction de ces gènes que nous venons d'identifier et il y en a d'autres que peut-être nous n'avons pas encore trouvés», conclut le chercheur. « En révélant l'architecture génétique de l'hypertension artérielle, nous comprenons mieux la biologie des maladies cardio-vasculaires et des AVC, ce qui peut nous conduire à de meilleures thérapies».

Sources: Johns Hopkins Medical Institutions et via Eurekalert (AAAS) “Genome-wide hunts reveal new regulators of blood pressure” (Visuels John Hopkins)

Accéder aux dernières actualités sur l'Hypertension

Autres actualités sur le même thème