Vous recherchez une actualité
Actualités

HTA et GROSSESSE: Un risque pour le Q.I. de l'enfant

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 2 semaines
Neurology

Alors que l’hypertension artérielle (HTA) touche 10% à 15% des grossesses, ces chercheurs des Universités d’Helsinki et de Southampton, ont regardé les implications neurologiques sur l’Enfant. Leurs conclusions, publiées dans l’édition du 3 octobre de la revue Neurology, font, en effet, apparaître une baisse légère mais significative aux âges adultes des scores d’aptitudes cognitives.

L'étude a porté sur 398 hommes nés dans les années 1930 et 1940 (participant à la cohorte Helsinki Birth Cohort Study) et constate que ces hommes nés de femmes ayant une pression artérielle élevée pendant la grossesse présentent un Q.I. moindre aux âges de 20 ans puis à la soixantaine, par rapport à des hommes témoins nés de femmes sans HTA à la grossesse. Les chercheurs ont utilisé les mesures de la pression artérielle et des protéines urinaires prédictives du risque de pré-éclampsie, enregistrées au cours de la grossesse pour identifier l'hypertension pendant la grossesse. Les tests de « Q.I. » utilisés comprenaient des scores d'aptitudes verbale, en arithmétique et en raisonnement « visuo-spatial ». Les chercheurs ont également pris en compte des facteurs confondants, tels que le poids de naissance, l'âge de la mère, l'emploi du père, le niveau d'éducation de l'enfant… La diminution de « l'intelligence » détectée reste faible, mais tout de même de 4,36 points sur des tests de QI standardisés : · par rapport aux hommes nés de femmes à pression artérielle normale pendant la grossesse, les hommes nés après grossesses avec HTA, obtiennent 2,88 points (IC : 95% de 0,07 à 5,06) de moins en score total de capacité cognitive et à l'âge de 20 ans. · 4.36 points (IC : 95% d 1,17 à 7,55) à l'âge de 68 ans. · Cette association entre HTA pendant la grossesse et diminution de Q.I. de l'enfant s'avère la plus forte pour le raisonnement arithmétique. Si cette différence est directement associée à la pression artérielle maternelle, suggère l'étude, cette conclusion est basée sur l'étude de dossiers de santé vieux de 60 ans qui peuvent comporter des inexactitudes, avec des normes de mesure de l'HTA et de soins alors différentes, et, enfin sur un échantillon somme toute réduit. C'est pourquoi, même si ce résultat reste intéressant et va dans le sens d'une surveillance accrue de la pression artérielle durant la grossesse, il ne doit pas trop préoccuper les femmes, quant à un impact de leur tension artérielle sur l'intelligence de leur enfant.

Autres actualités sur le même thème