Actualités

HTA : Quand la peur du diagnostic fait monter la tension d'1 patient sur 3

Actualité publiée il y a 11 années 2 mois 4 semaines
Hypertension- American Heart Association

37% des patients présentant une hypertension artérielle résistante au cabinet du médecin présentent à leur domicile une tension tout à fait normale. Cette étude menée par des chercheurs de l’Université de Barcelone, qui ont comparé les mesures de tension artérielle au cabinet d'un médecin et les mesures recueillies à l'aide d'un dispositif de surveillance continu chez des personnes à hypertension résistante, conclut que la peur du médecin ou…du diagnostic peut affecter une bonne partie des mesures de tension artérielle des patients. Des conclusions publiées dans la revue scientifique Hypertension, de l’American Heart Association, qui viennent enrichir les prochaines recommandations de suivi de l’hypertension.

À l'heure actuelle, le National and Clinical Institute for Health Excellence, NICE, (NHS-UK) recommande qu'une tension artérielle élevée soit confirmée sur au moins deux lectures complémentaires effectuées à des moments différents. Les dernières recommandations en cours d'étude appelleraient même à l'introduction d'une surveillance de la tension artérielle à domicile ou en ambulatoire pour confirmer les diagnostics d'hypertension artérielle. Cetre nouvelle ligne pourrait être approuvée dans le courant de cette année.


L'étude a été menée par des chercheurs de l'Université de Barcelone sur un sous-groupe de 8.295 patients souffrant d'hypertension artérielle résistante, c'est-à-dire, diagnostiqués comme souffrant d'hypertension résistante, c'est-à-dire avec tension au-dessus du seuil de cible (140/90 mmHg) malgré l'utilisation associée de 3 agents antihypertenseurs à doses complètes, l'un d'eux étant un diurétique. L'étude a comparé leur tension artérielle, prise dans le cabinet d'un médecin et à l'aide d'un dispositif de surveillance dans la vie quotidienne. La surveillance ambulatoire de la pression artérielle a été réalisée en utilisant un dispositif porté par le patient sur une période de 24 heures avec mesure de la tension à intervalles de 20 minutes toute la journée. Cette méthode permet aux médecins de vérifier si la tension artérielle reste élevée pendant de longues périodes de la journée.

Les chercheurs ont classé les patients en fonction de la façon dont leur pression artérielle évolue au cours de la nuit:

· Descente extrême si la tension diminue de plus de 20% dans la nuit

· Descente moyenne, si elle diminue de 10 à 20%

· Stable, si elle diminue entre 0 et 10%

· Augmentation si elle augmente pendant la nuit

Les chercheurs constatent que seuls 5.182 patients soit 62,5% qui avaient reçu un diagnostic d'hypertension résistante dans un contexte clinique présentaient réellement cette hypertension, même au domicile. Les 3.113 autres patients (37,5%) présentaient des valeurs bien en deçà des mesures réalisées en cabinet médical et ne pouvaient être considérés comme présentant une HTA résistante.

Les patients souffrant d'hypertension résistante confirmée ont tendance à être plus jeunes, de sexe masculin, ont un plus long historique d'hypertension, et ont un profil de risque cardiovasculaire plus élevé. C'est le cas des fumeurs ou des patients diabétiques.

Les chercheurs estiment que «l'hypertension résistante est présente chez 12% des hypertendus traités", mais que «parmi eux plus d'un tiers ont en réalité une tension artérielle normale en ambulatoire". Ils soulignent donc la nécessité d'utiliser un monitorage ambulatoire de la tension artérielle afin de faire un diagnostic correct de l'hypertension résistante et de mieux gérer la maladie.