Vous recherchez une actualité
Actualités

IMMUNITÉ: Trop d'hygiène peut-il augmenter le risque d'Alzheimer?

Actualité publiée il y a 7 années 1 semaine 4 jours
Evolution, Medicine, and Public Health

La maladie d'Alzheimer partage certaines caractéristiques étiologiques avec l’auto-immunité. Or l’immunité varie avec la diversité microbienne de l'environnement. Alors qu’une exposition à des micro-organismes peut améliorer la régulation immunitaire, l’hygiène pourrait être associée à l’Alzheimer. Cette étude internationale, publiée dans la revue Evolution, Medicine, and Public Health et qui a modélisé l'association entre la diversité des microbes et la prévalence de la maladie d'Alzheimer dans une population, suggère que le manque d'exposition aux microbes tôt dans la vie pourrait favoriser le développement de la maladie, tard dans la vie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Être trop propre ou confronté à trop d'hygiène peut-il augmenter le risque de maladie d'Alzheimer ? La question peut se poser alors que les pays ayant des niveaux plus élevés de pathogènes sont aussi ceux qui présentent les plus faibles taux de maladie d'Alzheimer. Alors que cette relation peut aussi s'expliquer par un diagnostic moins fréquent de la maladie ou par d'autres facteurs environnementaux ou sociodémographiques, elle peut s'envisager en raison du lien entre l'exposition à des bactéries et le développement du système immunitaire.


Les chercheurs de l'Université de Cambridge, de Glasgow, d'Utah et de l'Université McMaster (Canada) ont étudié cette association, entre la diversité microbienne et la prévalence de la maladie, à partir de données de prévalence historique de plusieurs agents pathogènes, d'accès à l'eau et à l'assainissement, de mortalité infantile, de revenu…

L'association hygiène et Alzheimer : L'analyse, complexe, constate que des niveaux élevés de pathogènes sont bien associés à des taux de prévalence plus faibles de la maladie d'Alzheimer et que des scores plus élevés d'hygiène sont associés à des taux plus élevés d'Alzheimer. Ainsi, les pays développés ayant un niveau élevé d'hygiène ont des taux plus élevés de maladie d'Alzheimer. Enfin, une analyse complémentaire conclut qu'une plus grande exposition aux microbes durant toute la vie, et pas seulement durant la petite enfance, est associée à des taux de réduction de la maladie d'Alzheimer. Des données qui donc soutiennent l'hypothèse de départ et pourraient, selon leurs auteurs, être utilisées pour estimer l'évolution du fardeau de l'Alzheimer dans les pays en développement. Cependant, compte-tenu de la complexité des données et des autres facteurs possibles, la preuve sur ce lien reste ténue.

Source: Evolution, Medicine, and Public Health August 11, 2013 doi: 10.1093/emph/eot015 Hygiene and the world distribution of Alzheimer's Disease (Visuel NIH)

Lire aussi: ALZHEIMER: Le fardeau croissant de la maladie en France

Accéder aux dernières actualités sur la Mémoire, déclin cognitif, aux dernières actualités sur la Maladie d'Alzheimer

Accéder au Dossier sur la Maladie d'Alzheimer, pour y accéder, vous devez être inscritet vous identifier

Autres actualités sur le même thème