Vous recherchez une actualité
Actualités

INFECTIONS : Et si à l'hôpital, le cuivre remplaçait l'acier inoxydable ?

Actualité publiée il y a 8 années 9 mois 2 semaines
Université de Southampton

C’est en fait la question posée par ces chercheurs qui font la démo en direct des propriétés du cuivre en matière d’asepsie. Cette efficacité naturelle du cuivre contre des germes tels que le staphylocoque doré résistant à la méticilline, vient en effet d’être démontrée par ces chercheurs de l'Université de Southampton par une expérience menée avec l'Institut européen du cuivre (ECI) et retransmise en direct sur le web le 4 avril dernier.

Le résultat observé est significatif, après 10 minutes, plus aucune activité bactérienne n'est détectée sur le cuivre. Le cuivre pourrait donc jouer un rôle primordial dans la réduction de la propagation des organismes résistants aux antibiotiques dans les hôpitaux. Ces chercheurs ont utilisé la microscopie à fluorescence à la fine pointe de montrer comment le cuivre élimine une concentration très élevée des fameuses bactéries SARM, des superbactéries résistantes aux antibiotiques - en quelques minutes.


Mais pourquoi autant d'acier inoxydable ? Car les microbiologistes et cliniciens du monde entier ont déjà constaté que des dizaines de milliers de de bactéries SARM périssent rapidement sur le cuivre, alors qu'elles survivent sur l'acier inoxydable, un matériau qui reste pourtant couramment utilisé dans les hôpitaux, bien que dépourvu de toute efficacité antimicrobienne. Le Pr. Bill Keevil, Directeur de l'environnement des soins de santé à l'Université de Southampton et auteur prinipal de cette expérience, explique l'importance du résultat: «Les bactéries comme le SARM peuvent survivre sur des surfaces ordinaires comme les poignées de porte, les robinets et les barres d'appui pendant des jours, voire des mois, et être transférés sur les mains, se propager sur d'autres surfaces voire sur les patients. A l'intérieur et à une température ambiante de 22°C, une surface en cuivre détruit 99,9% des staphylocoques dorés résistants à la méticilline qui se trouvent à son contact

L'émergence de nouvelles bactéries résistantes montre l'absence actuelle de nouveaux médicaments capables de traiter ces infections montrant l'urgence de mettre en place de nouvelles mesures pour prévenir leur propagation.

Le cuivre est un puissant antimicrobien, ce qui réduit rapidement et continuellement le nombre de bactéries à sa surface. “Nous l'avons démontré ici, dans le laboratoire, mais aussi dans des environnements cliniques, dans le cadre des procédures de contrôle des infections."

"Le changement progressif des surfaces de contact courantes par des surfaces en cuivre pourrait permettre de briser la chaîne de l'infection, permettant un environnement plus hygiénique, avec tout un impact positif sur le bien-être et une sécurité des patients, même face à des bactéries résistantes aux antibiotiques."

Alors que l'Organisation mondiale pour la santé (OMS) consacre le 7 avril sa Journée mondiale de la santé à la pharmacorésistance bactérienne, le cuivre serait donc un moyen très astucieux pour prévenir contre les infections, en particulier en milieu de soin.