Vous recherchez une actualité
Actualités

INJECTIONS et INFECTIONS: Le danger des réutilisations des flacons à dose unique

Actualité publiée il y a 8 années 3 semaines 4 jours
CDC-MMWR

Cette étude, publiée dans la dernière édition des Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR) des US Centers for Disease Control and Prevention (CDC), alerte sur le risque d’infections invasives à Staphylococcus aureus (SARM) associé à la réutilisation des flacons à dose unique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La transmission des infections bactériennes, qui peuvent mettre la vie de patients en danger, peut se produire lorsque le personnel de santé ne respecte pas les mesures standard et utilise des médicaments conditionnés par dose unique ou à usage unique pour plus d'un patient.


Cette enquête menée sur 2 foyers d'infection invasive à Staphylococcus aureus confirmée chez 10 patients traités pour la douleur montre, pour chaque foyer, que l'utilisation de flacons à dose unique ou à usage unique pour plus d'un patient a été à l'origine de la transmission de l'infection. Dans ces deux cas groupés, les cliniciens ont signalé la difficulté à obtenir le médicament ou la taille de flacon adaptés au protocole de soin. Ces deux épidémies rappellent les conséquences graves possibles en cas d'utilisations multiples de flacons à dose unique.

· Ainsi, en avril dernier, les services de santé de l'Arizona étaient informés d'un patient positif pour le Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM). Ce patient puis 2 autres patients confirmés positifs au SARM avaient subi une prise en charge récente de la douleur en ambulatoire. Ces 3 patients infectés avaient reçu reçu des injections anti-douleur, le même jour, avec 25 autres patients. Ces 3 patients ont été hospitalisés de 9 à 41 jours pour infections graves, médiastinite aigüe, méningite bactérienne, abcès épidural, et septicémie. En plus d'avoir identifié la réutilisation « abusive » de dose unique pour plus d'un patient, les autorités sanitaires ont noté, dans cette enquête, que le personnel de santé n'avait pas respecté les précautions standard : Absence de port de masques lors de la réalisation et autres bonnes pratiques d'injection.

· En mars dernier, ce sont les autorités sanitaires du Delaware qui étaient informés de l'hospitalisation de 7 patients avec arthrite septique ou bursite (inflammation des articulations). Les analyses ont révélé que tous ces patients étaient sensibles à la méthicilline vs infections à SARM. Les patients ont reçu un traitement antimicrobien sur une durée moyenne d'hospitalisation de 6 jours. Tous les 7 avaient reçu des injections intra-articulaires en ambulatoire le même jour. La réutilisation de doses uniques d'anesthésique a été identifiée lors de l'enquête.

En réponse à ces deux cas groupés, les personnels de soins ont reçu une formation approfondie concernant les mesures standard, en particulier les pratiques d'injection sécuritaires. Ce constat marque l'importance de l'adhésion des cliniciens aux bonnes pratiques d'injection et lorsque les conditionnements adaptés ne sont pas disponibles, les mesures essentielles pour prévenir la transmission des infections.

Source: CDC July 6, 2012 Injection safety. CDC's position—protect patients against preventable harm from improper use of single-dose/single-use vials et CDC's clinical reminder: spinal injection procedures performed without a facemask pose risk for bacterial meningitis.

Accéder aux dernières actualités sur les Infections nosocomiales
Accéder au Dossier Hygiène, aseptie et soins à domicile- Pour y accéder vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème