Vous recherchez une actualité
Actualités

La taille révélatrice du risque de CANCER?

Actualité publiée il y a 9 années 2 semaines 1 jour
Lancet Oncology

Vous faites 10 cm de plus que votre voisine? Alors votre risque relatif de développer un cancer est supérieur de 16% à celui de votre voisine. Ces résultats sont certes surprenants mais sont ceux d’une très large étude menée sur plus d’un million de femmes et sur la relation entre leur taille et la fréquence de 17 cancers spécifiques. Ainsi, les femmes les plus grandes, soit de plus d’1m75 présentent un risque accru de 37% de cancer, par rapport aux femmes les plus petites, de moins d’1m55. Des résultats publiés dans l’édition en ligne du 21 juillet du Lancet Oncology.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Mais, il est important de préciser, qu'en termes de risque réel de développer un cancer, ces augmentations restent petites. Par exemple, pour 1.000 femmes du groupe de plus grande taile (taille moyenne de 1,74 m, il y aura 10 diagnostics de cancer sur une année donnée, alors que pour 1.000 femmes du groupe de plus petite taille (taille moyenne 1,60m, il y aura 8 diagnostics de cancer sur une année donnée. La différence, en valeur absolue n'est donc que de 2 diagnostics de plus pour 1.000 femmes par an.


De toutes manières, on ne peut pas changer de taille: Mais, c'est une très grande étude et bien menée, qui a pris en compte les facteurs de risque de cancer, comme le statut socioéconomique et le tabagisme. Les auteurs de l'Université d'Oxford et l'Institut Català d'Oncologia à Barcelone précisent que les personnes de grande taille ne doivent pas être alarmées par les résultats! Bien qu'il semble probable que la taille joue bien un rôle dans le risque de cancer, d'autres facteurs de risque bien établis sont bien plus importants, les antécédents familiaux par exemple et le mode de vie.

A partir des données de la Million Women Study, une étude de cohorte britannique portant sur 1,3 million de femmes britanniques, de 1996 à 2001 et qui renseignent sur la taille, le poids et sur les facteurs sociaux, démographiques et de mode de vie liés au cancer, les chercheurs ont sélectionné les femmes qui n'avaient pas eu un diagnostic de cancer, les ont suivies pendant une moyenne de 9,4 ans et étudié l'incidence chez ces femmes de 17 cancers ( bouche et gorge, œsophage, estomac, côlon, rectum, pancréas, poumon, mélanome, sein, endomètre, ovaire, rein, vessie, cerveau, lymphome non hodgkinien, myélomes et les leucémies). Les résultats ont été ajustés pour tenir compte des autres facteurs de risque comme l'âge, le groupe socio-économique, l'IMC, l'exercice pratiqué, l'alcool et le tabagisme.

Résultats: Pour chaque augmentation de 10 cm de taille, le risque relatif (RR) de contracter tout type de cancer augmente de 16% (IC:95% de 1.14 à 1.17). Le risque relatif pour 15 des 17 cancers évalués s'avère statistiquement et significativement accru pour 10 d'entre eux.

• Le cancer du colon de 25%, (19% -30%),

• Le cancer du rectum de 14% (7% - 22%),

• Le mélanome malin de 32% (24% - 40%),

• Le cancer du sein de 17% (15% - 19%),

• Le cancer de l'endomètre de 19% (13% - 24%),

•Le cancer de l'ovaire de 17% (11% - 23%)

• Le cancer du rein de 29% (19% - 41%),

• Le cancer du cerveau de 20% (12% - 29%),

• Le lymphome non-hodgkinien de 21% (14% - 29%)

• Les leucémies de 26% (15% - 38%).

Cette augmentation du risque global de cancer par augmentation de taille de 10 cm ne varie pas significativement en fonction du statut socio-économique ou autres caractéristiques personnelles, sauf le tabagisme. Le tabagisme annule tout impact de la taille sur le risque de cancer. C'est sans surprise, précisent les auteurs!

Parmi les facteurs possibles liés à la fois à la taille et au risque de cancer, sont cités la nutrition infantile, les infections et les niveaux d'hormones mais aussi le volume de cellules dont les cellules souches et donc un plus grand risque de mutations. Cette relation entre taille et risque de cancer pourrait également expliquer l'évolution de l'incidence du cancer au fil du temps, disent les auteurs, et l'augmentation de la taille adulte au cours du siècle passé, pourrait contribuer à expliquer l'augmentation des cancers de 10-15%.