Vous recherchez une actualité
Actualités

LÉSIONS CÉRÉBRALES: L'acide tranexamique (TXA) divise par 6 le risque d'hémorragie

Actualité publiée il y a 10 années 5 mois 1 semaine
British Medical Journal

Après une lésion cérébrale traumatique, 75% des patients font une hémorragie intracrânienne, une cause majeure de décès. Cette étude CRASH et l’analyse de ses résultats, revient périodiquement, à l’approche des grands départs et des pics d’accidents de la circulation et de leur cortège de lésions traumatiques. Cette fois, c’est au tour du British Medical Journal d’analyser, après le Lancet, une sélection de données de l’étude CRASH-2 et de conclure que l’acide tranexamique (TXA) divise par 6 le risque d’hémorragie intracrânienne et par 2 le risque de lésions ischémiques cérébrales.

CRASH-2 est un essai randomisé, contrôlé contre placebo portant sur l'étude des saignements intracrâniens et l'effet de l'acide tranexamique (TXA- Exacil) dans les lésions cérébrales traumatiques, chez 20.211 patients traumatisés, ou à risque d'hémorragie intracranienne: Chaque année dans le monde, rappellent les auteurs, quelque 600.000 personnes meurent des suites d'une hémorragie.


La lésion cérébrale traumatique est l'une des cause majeure de décès et d'invalidité dans le monde. Chaque année, environ 10 millions de personnes sont hospitalisées après des lésions traumatiques. La complication type de la lésion cérébrale traumatique est l'hémorragie intracrânienne. Sa fréquence varie en fonction de la gravité des blessures. Dans l'essai CRASH MRC, qui incluait des patients présentant une lésion traumatique cérébrale légère, modérée et sévère, les trois quarts des patients ont fait une hémorragie intracrânienne. Environ la moitié des patients atteints d'hémorragie intracrânienne ont vu leur hémorragie s'aggraver après leur admission à l'hôpital. Les patients avec de grandes hémorragies sont évidemment à risque beaucoup plus élevé de décès.

Cette nouvelle analyse a été menée sur 270 patients adultes atteints de lésion cérébrale traumatique à risque de saignements, dans les 8 heures qui ont suivi leur accident. Les patients ont été affectés au hasard à l'acide tranexamique (dose de charge de 1 g sur 10 minutes, puis perfusion de 1 g de plus de 8 heures) ou à un placebo. Le critère de l'étude était la mesure de la croissance hémorragique intracrânienne (mesurée par tomodensitométrie) entre l'admission à l'hôpital puis 24 à 48 heures plus tard, avec ajustement sur les autres critères.

Sur les 133 patients affectés à l'acide tranexamique et 137 affectés au groupe placebo, 123 (92%) et 126 (92%), respectivement ont apporté des données sur le critère principal.

- La croissance hémorragique totale moyenne est 5,9 ml (SD 26,8) et 8,1 mL (SD 29,2) dans les 2 groupes “acide tranexamique” et placebo, respectivement (différence ajustée -3,8 ml IC:95% de -11,5 à 3,9)).

- Des lésions ischémiques cérébrales sont survenues chez 6 (5%) patients du groupe acide tranexamique vs 12 (9%) patients du groupe placebo (OR: 0,51 IC: 95% de 0,18 à 1,44). Si l'incidence globale de ces lésions est faible, il est plausible, pour les auteurs que si l'acide tranexamique réduit la croissance des hémorragies, cela pourrait réduire la pression sur les artères locales et toute réduction de la pression intracrânienne pourrait aussi réduire le risque d'ischémie.

- 14 (11%) décès ont été constatés dans le groupe acide tranexamique vs 24 (18%) dans le groupe placebo (OR:0,47 IC: 95% de 0,21 à 1,04)).

Cet essai montre que l'administration précoce de l'acide tranexamique chez les patients traumatisés avec, ou à risque de saignement important réduit le risque de mortalité toutes causes confondues.