Actualités

Maladies chroniques après maladies infectieuses, la double alerte de l'OMS

Actualité publiée il y a 11 années 1 mois 3 semaines
64ème Assemblée Annuelle OMS

Le 16 mai, l’Organisation Mondiale de la Santé ouvre sa 64ème Assemblée Annuelle, avec 3 axes correspondant aux réunions techniques prévues, Santé publique et rayonnements, Lutte contre les maladies non transmissibles et Santé de la femme et de l’enfant. A la veille de l’Assemblée les statistiques mondiales de Santé viennent de tomber, avec en point de mire, l’augmentation des maladies chroniques “qui viennent prendre la relève” des maladies infectieuses en particulier dans les pays en développement.

Les pays sont donc aujourd'hui confrontés à une double charge de morbidité, imputable aux maladies infectieuses face auxquelles les efforts de lutte doivent être poursuivis et le fort développement des maladies chroniques comme le diabète, le cancer ou l'hypertension. C'est donc une double alerte lancée par l'OMS à la veille de son Assemblée


Désormais, deux tiers des décès dans le monde sont dus aux maladies non transmissibles, comme les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer. Les raisons principales, le vieillissement de la population et le développement des facteurs de risque associés comme le tabagisme, la sédentarité, la mauvaise alimentation et l'usage abusif de l'alcool. De nombreux pays en développement se débattent encore avec les maladies transmissibles (pneumonie, diarrhée et paludisme) alors que les changements de mode de vie apportent déjà un développement important des maladies chroniques.

Les pays doivent donc adopter le principe d'une double perspective, rappelle l'OMS, développer un système de santé couvrant l'ensemble des menaces sanitaires, dans les deux domaines. D'autant que les inégalités persistent de manière criante, même si, avec une augmentation générale des dépenses de Santé (32$ par habitant dans les pays pauvres et jusqu'à 4.590$ dans les pays riches), l'espérance de vie s'est elle-aussi accrue (passant de 64 ans en 1990 à 68 ans en 2009). Les pays à revenu élevé ont en moyenne 10 fois plus de médecins, 12 fois plus de personnels infirmiers et de sages-femmes et 30 fois plus de dentistes que les pays à faible revenu.

Le nouvel Observatoire de la santé mondiale: Les Statistiques sanitaires mondiales 2011 fournissent donc un instantané de la situation sanitaire mondiale précieux à l'ouverture de cette Assemblée. Leur publication coïncide avec le lancement de l'Observatoire de la santé mondiale par l'OMS, un nouveau site Web servant de centre d'information polyvalent pour les données et les analyses sur les priorités sanitaires dans le monde entier. Cet Observatoire offrira l'accès à plus de 50 bases de données et 800 indicateurs, et à des analyses des situations sanitaires.